Lo lin, lo teissièr

Collecté en 1994 par IOA Sur les Communes de Lescure-Jaoul, Lunac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le linge était en général produit sur place avec la laine des brebis (lana de las fedas) ou avec des fibres végétales : le chanvre (cambi, cambe) et le lin. On réservait à la culture du chanvre une parcelle de bonne terre appelée canabièira. 

On broyait les végétaux avec des bargas appelées aussi bergadoiras ou bargadoiras. Ensuite, on les peignait avec un grand peigne en bois hérissé de piques (una penche de cardaire).

Il y avait des ateliers de tisserands (teissedres, teisseires, teissièrs) dans presque tous les villages.

Ethnotexte

AIMÉ IZARD

né en 1913 à La Borie de Lunac. De La Servile de Lescure Jaoul.

Transcription

Occitan
Français
« Mon grand-paire èra teissièr e la grand-maire teissièira. Fasián las telas de lin aicí. Ieu me'n rapèli plan quand fasián lo lin. 
Lo caliá triar, aquò èra tot un afaire !
Lo fasián secar la grana en bas e fasián de bargas, fotián aquel lin aquí dedins, coma aquò. Après, avián de penches e lo penchenavan per sortir la fialarga.
La paura memè aviá una conolha e fialava. Tirava aquela fialarga ambe la man, fasiá virar lo fuse. Après, lo passava al rodet.
Après, passavan al talhièr. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...