La bugada

Collecté en 1999 par IOA Sur les Communes de Lescure-Jaoul, Vabre-Tizac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Certaines femmes, las lavairas, se faisaient payer pour faire la lessive (bugada) pour les autres.

Les cendres, conservées dans le cendrièr ou cendreta servaient à obtenir le lessiu pour laver le linge dans un chaudron en cuivre (pairòl). La bugada était ensuite rincée à la mare (pesquièr) ou au ruisseau (riu). On utilisait un battoir appelé batadoira. On étendait les draps (lençòls), après les avoir essorés par torsion (tòrcer), sur l'herbe ou sur une haie.

Son

Lydie TRANIER

née Bosc en 1921 à Lescure-Jaoul.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Ethnotexte

Lydie TRANIER

née Bosc en 1921 à Lescure-Jaoul.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...