Quand la Marion se'n va al molin…

Collecté en 1995 Sur la Commune de Le Vibal Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Emile Marty tient cette chanson de Madame Roques, une voisine du Vibal de quelques années plus âgée que lui.

Elle est très répandue dans tout le domaine occitan. (CORDAE)

Son

EMILE MARTY

né en 1912 au Bousquet du Vibal.

Transcription

Occitan
Français
« Quand la Marion se'n va al molin,
Ambe sa conolha de lin,
Ambe lo fuse buta l'ase,
Ei patapom,
Ambe lo fuse buta l'ase,
La bèla Marion.

Quand lo molinièr la vei venir,
De rire ne pòt pas tenir,
“Vos farai passar la premièira,
Ei patapom,
Vos farai passar la premièira,
La bèla Marion.”

Del temps que lo molin moliá,
Lo molinièr l'amor fasiá,
Suls sacs de la farina,
Ei patapom,
Suls sacs de la farina,
Ambe la Marion.

“A… molinièr daissatz-me anar,
Entende l'ase ricanar,
Saique lo lop lo me manja,
Ei patapom,
Saique lo lop lo me manja,
Mon paure asenon.

– Ai dètz escuts dins mon gosset,
Prenètz-ne sèt, daissatz-me'n tres,
N'i auretz per crompar un autre ase,
Ei patapom,
N'i auretz per crompar un autre ase,
La bèla Marion.”

Quand la Marion se'n va al mercat,
I va pas per crompar de blat,
I va per crompar un autre ase,
Ei patapom,
I va per crompar un autre ase,
La bèla Marion.

Quand son paire la vei venir,
De plorar posquèt pas tenir :
“Aquò's pas lo nòstre ase,
Ei patapom,
Aquò's pas lo nòstre ase,
La bèla Marion.

Nòstre ase aviá los quatre pès blancs,
Los de darrèr, los de davant,
Amai la bufa negra,
Ei patapom,
Amai la bufa negra,
La bèla Marion.

– Mon paire que sètz vos camèl,
Tota bèstia càmbia de pèl,
Aital a fach lo nòstre ase,
Ei patapom,
Aital a fach lo nòstre ase,
La bèla Marion.
La bèla Marion.” »
Quand la Marion s'en va au moulin
« Quand la Marion s’en va al moulin,
Avec sa quenouille de lin,
Avec son fuseau elle pousse son âne,
Hey patapoun,
Avec son fuseau elle pousse son âne,
La belle Marion.

Quand le meunier la voit venir,
Il ne peut se retenir de rire :
“Je vous ferai passer la première,
Hey patapoun,
Je vous ferai passer la première,
La belle Marion.”

Pendant que le moulin moulait,
Le meunier faisait l’amour,
Sur les sacs de farine,
Hey patapoun,
Sur les sacs de farine,
Avec Marion.

“Ah, meunier, laissez-moi m’en aller,
J’entends mon âne braire,
Le loup le mange peut-être,
Hey patapoun,
Le loup le mange peut-être,
Mon pauvre petit âne.

– J’ai dix écus dans mon gousset,
Prenez-en sept, laissez-m’en trois,
Vous aurez de quoi acheter un autre âne,
Hey patapoun,
Vous aurez de quoi acheter un autre âne,
La belle Marion.”

Quand Marion va au marché,
Elle n’y va pas pour acheter du blé,
Elle y va pour acheter un autre âne,
Hey patapoun,
Elle y va pour acheter un autre âne,
La belle Marion.

Quand son père la voit venir,
Il ne put se retenir de pleurer :
“Ce n’est pas notre âne,
Hey patapoun,
Ce n’est pas notre âne,
La belle Marion.

Notre âne avait les quatre pieds blancs,
Ceux de derrière, ceux de devant,
Et aussi le derrière noir,
Hey patapoun,
Et aussi le derrière noir,
La belle Marion.

– Mon père, que vous êtes naïf,
Toute bête change de peau,
Ainsi a fait notre âne,
Hey patapoun,
Ainsi en a fait notre âne,
La belle Marion.
La belle Marion.” »
© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...