Lo fabre

Collecté en 2000 Sur la Commune de Le Vibal Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Maître du fer et du feu, le forgeron (fabre) était un artisan indispensable à la vie rurale puisqu’il fabriquait et réparait les outils, ferrait et soignait les bêtes et rendait mille et un services à tous.

Pour ferrer les bovins, il disposait d'un travail à ferre (congrelh, ferrador, trabalh).

Le charron était appelé rodièr en occitan (ròda : roue).

L'artisan polyvalent dans les métiers du bois était appelé aplechaire (d'aplech : outil). Il fabriquait toutes sortes d'outils, des chars, des tombereaux et les roues à moyeu, jantes et rayons (boton, taulas, riats).

La fabrication des roues et des instruments aratoires associait les métiers du bois et ceux du fer. Les roues à pneu firent leur apparition après la Seconde Guerre mondiale.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien DAURES

né en 1912 à Frayssignes du Vibal.

Transcription

Occitan
Français
« Lo miu pèra èra fabre e ieu, a catòrze ans, me metèt al trabalh aquí, a tustar aquí sus l'enclutge, ajustar dabans. Fasiam los fèrres de chaval alara los metiam al fuòc aquí, ambe dos fèrres de chaval ne fasiam un. Los plegàvem e bolhissiam aquò al fuòc aquí. Fasiam un grand fuòc, aviam una molheta, molhàvem lo carbon aquí, qu'aquò fa(gu)èsse una crosta dessús e dedins aquò èra coma a la fondariá, lo fèrre fondiá.
Fasiam tot a la man, de fessors, fasiam de bicats qu'apelàvem. E pièi dins la jornada farràvem de buòus, farràvem d'ègas. Aviam un congrelh pels buòus, per las ègas las teniam a la man.
Los ceucles… Crompàvem los bendatges, apelàvem aquò de bendatges. Alara fasián quatre mèstres e mièg de lòng, i presentàvem la ròda dessús per far la dimension. Tapàvem la ròda, la fasiam tornejar et allez, pièi marcàvem aquí. E pièi lo copàvem aquí. E pièi los plegàvem, aviam una machina per plegar, un cilindre apelàvem aquò. Et allez… Aquò èra desmutipliat, metiam aquò aquí dedins e aquò fasiá lo ceucle. Aquò's que los caliá far, los ceucles, quand mème caliá qu'o arribèsse, caliá qu'aquò sia(gu)èsse pro juste. Los fèrres, caliá que, quand èran a la fin, caliá que se crosèsson dejà parce qu'après, per los sòudar, los estiràvem e los colàvem nas per nas al fuòc.
Metiam aquò a la refolusa quand èran plan calds aquí, que fondiá, que lo fèrre èra en fusion… Metiam aquò vite… Caliá far vite parce que lo fèrre fond pas un briu, es vite freg. Et allez, aquí. Alara pièi aquò fasiá una espèça de borsoflura aquí e pièi copàvem aquò ambe la trancha aquí o l'egalisàvem. Alara bòn aquò èra a pus près juste, de còps que i a, s'aquò èra pas tròp juste, aviam una chassa, un aparelh per los estirar. O s'èran tròp lòngs los tornàvem metre un pauc a la refolusa.
Quand èran freges, tornàvem mesurar aquò a la ròda, caliá daissar dos centimèstres de tiratge per qu'aquò sarrèsse bien la ròda. Pièi bòn, quand èran a la mesura, qu'èran freges, los traucàvem. Fasiam un trauc pièi los fresàvem, los traucs. Metiam de bolons coniques per que, al fur e a mesura qu'aquò se gastava… Caliá pas que lo bolon passèsse a travèrs.
Quand èran prèstes, bòn, los metiam aquí al foyer, aviam tres foyers et allez, aquí caufàvem. Per los metre a las ròdas, quand èran calds, metiam la ròda sus un chantièr coma aquò e pièi aviam de… Apelàvem aquò de tiras, amb un margue aquí per atapar lo ceucle, un machin que fasiá cròc et allez, qu'atapava lo machin de la ròda, la taula de la ròda, e forçàvem aquí tot lo torn et allez, qu'aquò dintrèsse. De còps que i a dintravan dificilament parce qu'èran pas ronds, ronds, aquò èra pas passat al torn ! Sabètz que, de còps que i a, i caliá donar un còp, bòn, m'enfin i arribàvem totjorn. E pièi d'ai(g)a aquí ambe lo farrat e un pade, e tot lo torn, fasiam tot lo torn, i aviá pas l'ai(g)a a pression a l'epòca dins los vilatges. »
Le forgeron
« Mon père était forgeron et moi, à quatorze ans, il me mit au travail là, à frapper sur l’enclume, ajuster avant. Nous faisions les fers à cheval alors nous les mettions au feu là, avec deux fers à cheval nous en faisions un. Nous les pliions et nous bouillions ça au feu là. Nous faisions un grand feu, nous avions un goupillon, nous mouillions le charbon là, pour que ça fasse une croûte dessus et dedans c’était comme à la fonderie, le fer fondait.
Nous faisions tout à la main, des houes, nous faisions des grandes houes. Et puis dans la journée nous ferrions des bœufs, nous ferrions des juments. Nous avions un travail pour les bœufs, pour les juments nous les tenions à la main.
Les cercles... Nous achetions les bandages, nous appelions ça des bandages. Alors ils faisaient quatre mètres et demi de long, nous présentions la roue dessus pour faire la dimension. Nous attrapions la roue, nous la faisions tourner et allez, ensuite nous marquions là. Et puis nous le coupions là. Et puis nous les pliions, nous avions une machine pour plier, un cylindre nous appelions ça. Et allez... C’était démultiplié, nous mettions ça là-dedans et ça faisait le cercle. C’est qu’il fallait les faire, les cercles, quand même il fallait que ça arrive, il fallait que ce soit assez juste. Les fers, il fallait que, quand ils étaient à la fin, il fallait qu’ils se croisent déjà parce qu’après, pour les souder, nous les étirions et nous les collions bord à bord au feu.
Nous mettions ça à la refouleuse quand ils étaient bien chauds là, qu’il fondait, que le fer était en fusion... Nous mettions ça vite... Il fallait faire vite parce que le fer ne fond pas longtemps, il est vite froid. Et allez, là. Alors ensuite ça faisait une espèce de boursouflure là et puis nous coupions ça avec la tranche là ou nous l’égalisions. Alors bon c’était à peu près juste, parfois, si ce n’était pas trop juste, nous avions une chasse, un appareil pour les étirer. Ou s’ils étaient trop longs nous les remettions un peu à la refouleuse.
Quand ils étaient froids, nous remesurions à nouveau ça à la roue, il fallait laisser deux centimètres de tirage pour que ça serre bien la roue. Puis bon, quand ils étaient à la mesure, qu’ils étaient froids, nous les percions. Nous faisions un trou puis nous les fraisions, les trous. Nous mettions des boulons coniques pour que, au fur et à mesure que ça s’usait... Il ne fallait pas que le boulon passe à travers.
Quand ils étaient prêts, bon, nous les mettions là au foyer, nous avions trois foyers et allez, là nous chauffions. Pour les mettre sur les roues, quand ils étaient chauds, nous mettions la roue sur un chantier comme ça et puis nous avions des... Nous appelions ça des tiras, avec un manche là pour attraper le cercle, un machin qui faisait crochet et allez, qui attrapait le machin de la roue, la jante de la roue, et nous forcions là tout le tour et allez, pour que ça rentre. Parfois ils entraient difficilement parce qu’ils n’étaient pas ronds, ronds, ce n’était pas passé au tour ! Vous savez que, parfois, il fallait y donner un coup, bon, mais enfin nous y arrivions toujours. Et puis de l’eau là avec le seau et une casserole, et tout le tour, nous faisions le tour, il n’y avait pas l’eau à pression à l’époque dans les villages. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...