Las bolas dels jòcs de quilhas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Le Vibal Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le jeu collectif traditionnellement pratiqué en Rouergue, à l’occasion des fêtes ou bien le dimanche près de l’auberge, était le jeu de quilles.

Avant la codification du jeu de quilles de huit par le docteur Joseph Ayrignac (1874-1951) en 1912, codification ayant permis l'organisation de concours, il existait de nombreuses variantes.

La boule (bola) est en racine de noyer (noguièr). Traditionnellement, la poignée (ponhada) y était creusée dans la masse.

La quille joueuse que l’on projette avec la boule est appelée quilhon, bilhon, tampa ou tampanèl.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Jean-Louis COURTIAL

né en 1953 au Vibal.

Transcription

Occitan
Français
« Es aquò d'aquí que cal trabalhar, donc, a la tronçonusa. Es pas de bon far per çò que la raice es plena de ròcs, enfin aquí i a pas de ròcs, aquí a-n-aquel endrech, mès normalament i a de ròcs, i a de tèrra, la rusca qu'es tota sala… Aquò's la raice normala, donc, e cal far atencion a-n-aquò d'aquí e passar a-z-ont se tròban pas las dificultats. Aquela d'aquí es pas de tròp bona qualitat, es un bocin escaufada coma se ditz. Fa que donc cal seleccionar entre las pèças que pòdon pas far e aquò que pòt far. Pichon a pichon òm arriba a debitar de bolas aquí dedins mès cal de temps e de paciença.
Aquò's la bola-tipe en un sol tròç de raice de no(gu)ièr tornissada dins la massa, la ponhada traucada dins la massa. Es la ponhada lo pus dificile per çò que es aquí que se personaliza la bola. Òm pòt far de ponhadas pels drechièrs, pels gauchièrs, mixtas que fan per cada man, una ponhada pus gròssa, pus fina, enfin exactament çò que vòl lo quilhaire.
Mon paire a perfeccionada la ponhada dinc'a arribar a la far plan confortabla pel jo(g)aire, fins a una ponhada signada “Familha Cortial” se pòde dire, i a un espèci de secret de fabricacion aquí dessús. Es lo principal, la ponhada es l'arma de la bola. Quand la ponhada es acabada gaireben… Cal consolidar la bola, la rejontar, la colar mès, quand la ponhada es acabada, òm pòt dire que la bola es acabada.
Debite un tròç de raice de no(gu)ièr mens espés, que fa dètz e mièg d'espessor, i se trauca la ponhada dedins. Fa que, coma es pas encara colat, enlève tot lo dedins a la machina e pièi tanben… Va téner aquí. Cole en faça, pegue en faça una mièja-sphère coma aquò d'aquí e, dabans de colar, i fau un trauc. Es a dire que enlève lo boès qu'es pesuc per i metre a la plaça de mossa d'isolacion tot simplament. Aquò me permet d'avure una bola laugièira. Donc aquò's colat, rejontat, cavilhat, vissat e aquò dòna una bola… Aquí n'i a una ambe de cavilhas e de visses, prèsta a anar jo(g)ar. Es una fabricacion qu'es pas tan solida, plan segur, que en dos tròces aquò val pas lo sol blòc de raice de no(gu)ièr mès es una fabricacion que permet un prètz de reven pus bas, donc un prètz pus abordable pels quilhaires. »
Les boules des jeux de quilles
« C’est ça qu’il faut travailler, donc, à la tronçonneuse. Ce n’est pas facile parce que la racine est pleine de pierres, enfin là il n’y a pas de pierres, là à cet endroit, mais normalement il y a des pierres, il y a de la terre, l’écorce qui est toute sale... C’est la racine normale, donc, et il faut faire attention à ça et passer là où ne se trouvent pas les difficultés. Celle-là n’est pas de trop bonne qualité, elle est un peu abîmée. Ça fait qu’il faut donc sélectionner entre les pièces qui ne peuvent pas être utilisées et celles qui le peuvent. Petit à petit on arrive à débiter des boules là-dedans mais il faut du temps et de la patience.
C’est la boule-type en un seul morceau de racine de noyer tournée dans la masse, la poignée trouée dans la masse. C’est la poignée le plus difficile à faire parce que c’est là que se personnalise la boule. On peut faire des poignées pour les droitiers, pour les gauchers, mixtes qui font pour chaque main, une poignée plus grosse, plus fine, enfin exactement ce que veut le joueur de quilles.
Mon père a perfectionné la poignée jusqu’à arriver à la faire très confortable pour le joueur, jusqu’à une poignée signée “Famille Courtial” si je peux dire, il y a une espèce de secret de fabrication là-dessus. C’est le principal, la poignée est l’âme de la boule. Quand la poignée est achevée presque... Il faut consolider la boule, faire des joints, la coller mais, quand la poignée est achevée, on peut dire que la boule est achevée.
Je débite un morceau de racine de noyer moins épais, qui fait dix et demi d’épaisseur, on y troue la poignée dedans. Ça fait que, comme ce n’est pas encore collé, j’enlève tout le dedans à la machine et puis aussi... Ça va tenir là. Je colle en face, je colle en face une demi-sphère comme ça et, avant de coller, j’y fais un trou. C’est-à-dire que j’enlève le bois qui est lourd pour y mettre à la place de la mousse d’isolation tout simplement. Ça me permet d’avoir une boule légère. Donc c’est collé, joint, chevillé, vissé et ça donne une boule... Là il y en a une avec des chevilles et des vis, prête pour aller jouer. C’est une fabrication qui n’est pas aussi solide, bien sûr, parce qu’en deux morceaux ça ne vaut pas le bloc unique de racine de noyer mais c’est une fabrication qui permet un prix de revient plus bas, donc un prix plus abordable pour les joueurs de quilles. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...