Lo curat de La Romiguièira

Collecté en 2000 Sur les Communes de Le Truel, Montjaux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent à la fin des banquets. En retenir un en entier est une belle performance.

Celui-ci a largement été diffusé en Rouergue méridional.

Lo curat de La Romiguièira, que l'on retrouve dans les écrits de Hèbles, de Fournier et de Boulouis, était sans doute aussi célèbre que celui de Cucugnan.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE (RENÉ) ROQUES

né en 1940 à Marzials de Montjaux.

Transcription

Occitan
Français
« I a quaranta ans d'aquò aviam un curat aicís encara a Marzials e aviam l'abituda d'anar jo(g)ar quauquas seanças dins los vilatges alentorns coma Castèlnòu, Sent-Girman, Sent-Roma de Tarn, Montjòus. Apelàvem aquò des Coupes de la Joie. E alara aviái apres aquel poème per lo dire en patoès.

Lo curat de La Romiguièira èra pas content de sos paroissiens.
Lo dimenge, enfants e filhas se sarravan ensemble e ne dançavan una. Encara, s’avián dançat la borrèia coma aviam fach, los parents… Mès s’èran meses a dançar totas menas de danças que lo paure curat estimava condamnablas.
Una senta colèra l’atrapèt contra aqueles diables que se vodavan a l’Ifèrn.
“T’anariái dins la granja ont dançavan e, a còps de foet, te fariái partir aquela banda de galapiants !”
Pièi, en legiguent l’instruccion a la vie devòta, vegèt que valiá melhor prene las moscas ambe de mèl puslèu que de vinagre.
Sus aquò, sosquèt un brave briu.
Lo dimenge d’après, montèt en cadièira :
“Mos fraires, ço diguèt, sustot los qu’avètz de filhas, de qué cercatz ? A las maridar totas. E vos escanatz a desbo(s)igar vòstras tèrras per lor ramassar sòu per sòu una legitima convenabla. Jusc’aquí avètz plan rason. Mès aquí vos arrèste, mos fraires. Avètz tòrt e plan tòrt.
Se volètz maridar vòstras filhas…
Escotatz aquesta : diluns passat, èra jorn de fièira a Rodés. Li montère, vegère de monde d’empr’aicís. N’i aviá un que voliá crompar una merluça, pel Carème. L’agachère far sa cròmpa. Anèt a una botica ont pindolava una merluça. L’agachèt, la paupèt, la fintonèt. Pièi, di(gu)èt al merchand : Balhatz-me'n una del barricòt que degús aje pas brucada. Aquel òme èra pas brica nèci e totes fariam coma el se caliá crompar de merluças…
Se volètz maridar vòstras filhas, tenètz-las un pauc juste coma aquelas cabras qu’estacatz a un piquet per que mònten pas suls aures… ”
Sabe pas se las filhas de La Romiguièira s’arrestèron de dançar mès n’i a prossas encara un pauc pertot que lèvan plan pro las cambas. »
Le curé de La Romiguière
« Il y a quarante ans de ça nous avions un curé ici encore à Marzials et nous avions l'habitude d'aller jouer quelques séances dans les villages alentour comme Castelnau, Saint-Germain, Saint-Rome de Tarn, Montjaux. Nous appelions cela des Coupes de la Joie. Et alors j'avais appris ce poème pour le dire en patois.


Le curé de La Romiguière n'était pas content de ses paroissiens.
Le dimanche, garçons et filles se rassemblaient et ils en dansaient une.
Encore, s'ils avaient dansé la bourrée comme nous l'avions fait, les parents… Mais ils s'étaient mis à danser toutes sortes de danses que le pauvre curé estimait condamnables.
Une sainte colère le prit contre ces diables qui se vouaient à l'Enfer.
“J'irais dans la grange où ils dansaient et, à coups de fouet, je te ferais partir cette bande de chenapans !”
Puis, en lisant l'instruction à la vie dévote, il vit qu'il valait mieux prendre les mouches avec du miel plutôt qu'avec du vinaigre.
Sur cela, il réfléchit très longtemps.
Le dimanche suivant, il monta en chaire :
“Mes frères, dit-il, surtout ceux qui avez des filles, que cherchez-vous ? À les marier toutes. Et vous vous tuez à défricher vos terres pour leur constituer sou à sou une dot convenable… Jusque là vous avez bien raison. Mais là je vous arrête, mes frères. Vous avez tort et bien tort.
Si vous voulez marier vos filles…
Écoutez celle-ci : lundi dernier, c'était jour de foire à Rodez. J'y montai, je vis des gens de par ici. Il y en avait un qui voulait acheter de la morue, pour le Carême. Je le regardai faire son achat. Il alla à une boutique où pendait une morue. Il la regarda, la palpa, la sentit. Puis il dit au marchand : Donnez-m’en une du tonneau que personne n'ait touchée. Cet homme n'était pas du tout sot et nous ferions tous comme lui s'il fallait acheter des morues…
Si vous voulez marier vos filles, surveillez-les un peu de près comme ces chèvres que vous attachez à un piquet pour qu'elles ne montent pas sur les arbres…”
Je ne sais pas si les filles de La Romiguière s'arrêtèrent de danser mais il y en a encore beaucoup un peu partout qui lèvent bien assez les jambes. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...