L'empatufaire

Collecté en 1997 par IOA Sur la Commune de Le Clapier Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, empatufaires ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale.

Il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Son

ELIE ALBAGNAC

né en 1915 au Mas Nau.

Transcription

Occitan
Français
« Un tipe aviá un ase e i aviá un vesin que lo podiá pas sentir. Èra juste a l’embrancament de doas rotas, que abitava. Chaca còp qu’arribava aquí, l’ase, podiá pas lo faire avançar.
Quand vei aquò, va trapar un autre empatufaire.
I ditz :
“Coma se fa ?”
I ditz :
“Siás empatufat… Aquò’s lo vesin qu’es en fàça que t’empatufa. Quand arribas aquí ambe l’ase, viras lo bast dejóst-dessús e… a còps de trica sul bast. E lo tipe sentirà, ataparà los còps de trica a sa plaça.”
En efèt, lo tipe èra ambe son ase, quand arriba aquí, s’arrèsta. Li quita lo bast, lo met a l’envèrs sus l’esquina de l’ase e a còps de calòç sus… L’autre se fot a bramar, aval dins l’ostal, coma un ase. Es el que trapava los còps de trica.
L’empatufava mès l’autre empatufaire èra pus fòrt qu’el. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...