Glènh-Glènh e la mameta (End vatz mameta ?)

Collecté en 1997 Sur la Commune de Le Cayrol Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'itinérant Glin-Glin, lo petaçaire-estamaire, connut une certaine renommée dans la région.

Marie-Louise intègre ce personnage dans une formule dialoguée quelque peu irrespectueuse que nous avons collectée à plusieurs reprises en Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Marie-Louise GIRBAL

née Lacaze en 1922 à La Guiraldie du Cayrol, décédée en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« Cad'an passava per petaçar les paraplèjas, petaçar la vaissèla, restamava las chosesen coire, las coirassas, tot aquò qu'aviam traucat. Glènh-Glènh, l'apelàvem Glènh-Glènh. E Glènh-Glènh, cad'an, cad'an virava. De còps passava dos còps per an. Lo petaçaire l'apelàvem.
E totjorn l'apelàvem Glènh-Glènh parce que, quand les gòsses èrem aquí al torn… Se metiá aquí davant la glèisa o sus una plaça publica e petaçava sos afars. Lo monde li portàvem. E naltres, les gòsses, agachàvem. Tu parles !E totjorn fasiá la mandolina :
“ Glènh, glènh, glènh, glènh, glènh, glènh, glènh, glènh…”
E l'apelàvem Glènh-Glènh.

Aquel jorn que la mameta de Cossanas montava, mon Glènh-Glènh passa e li ditz :
“End vatz, vièlhita ?
– E vau a la messeta.
– E de qué far ?
– E pregar Dius !
– E per qual ?
– E pel Bon Dius !
– E me prendiatz pas ieu ?, ço fa Glènh-Glènh.
– A… A non, non, non parce que petariatz tròp !”
E en efèt, aquel colhon : Broooo… Brooooo…
“A ! Salòp !”, ço fa la mameta en brandi(gu)ent sa cana. »
« Il passait tous les ans pour réparer les parapluies, réparer la vaisselle, il rétamait les objets en cuivre, les chaudrons, tout ce qui était troué. Glin-Glin, nous l’appelions Glin-Glin. Et Glin-Glin, tous les ans, tous les ans tournait. Parfois il passait deux fois par an. Nous l’appelions le réparateur.
Nous l’appelions toujours Glin-Glin parce que, quand nous, les gosses, nous étions là autour... Il se mettait devant l’église ou sur une place publique et il réparait ses machins. Les gens les lui apportaient. Et nous, les gosses, nos regardions. Tu parles ! Et toujours il faisait la mandoline :
“Glin, glin, glin, glin, glin, glin, glin glin...ˮ
Et nous l’appelions Glin-Glin.

Ce jour où ma mémé de Coussanes montait, mon Glin-Glin passe et lui dit :
“Où allez-vous, petite vieille ?
– À la messe.
– Quoi faire ?
– Prier Dieu !
– Pour qui ?
– Pour le Bon Dieu !
– Vous ne m’emmèneriez pas moi ?, dit Glin-Glin.
– Ah... Ah non, non, non parce que vous péteriez trop !ˮ
Et en effet, ce couillon : Brouuuu... Brouuuu...
“Ah ! Salaud !ˮ, dit ma mémé en brandissant sa canne. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...