Lo sòrt, la vaca e la batusa

Collecté en 2000 Sur les Communes de Laval-Roquecezière, St-Sever-du-Moustier Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, emmesenaires, empatufaires ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale.

Outre le recours à la religion, il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Augustine PRIVAT

née Palis en 1931 à Laval-Roquecezière.

Transcription

Occitan
Français
« Quauqu'un te podiá gitar un sòrt sus una vaca, metèm, qu'agèssa de lach, tot d'un còp soi-disant la vaca perdiá… “La vaca a perdut lo lach, es que la nos an vista ?” Bon, li avián gitat un sòrt. S'èra entendut dire, aquò. Alara se disiá que caliá anar quèrre los caulets del vesin e los li faire manjar per faire partir lo sòrt. Es que reüssissiá ? Ba sai pas…
Ieu a l'ostal, n'aviam entendut parlar mès, al nòstr'ostal, pensi pas que jamais soquèsse… que se soquèsse presentat.
Una machina, tanben ! La batusa ! Èra la machina que anavan tirar, anavan quèrre ambe de buòus. I aviá pas de rotas, èra pas que camins, de camins, de passatges. Alara totes los vesins prenián un parelh de buòus e atalavan aquela machina, l'anavan quèrre de onte avián començat de machinar, a cò dels vesins, los uns als autres. Alara prenián lo parelh de buòus et allez, fotián dos, tres parelhs de buòus aquí a la suita per tirar la machina. Alara i aviá de còps que i a que la machina s'engorgava, voliá pas pus machinar.
Alara : “De qué pòt èsser ? Quauqu'un nos a tanplan empatufat !”
Al nòstr'ostal ba z'o ai pas vist mès a cò dels vesins se disiá.
Alara anavan quèrre los caulets, flambar los caulets a l'amagat dels vesins… Los caulets verds, aqueles caulets que apelam nautres los caulets dels pòrcs, e los li fasián manjar a la machina ! Pensa ! Tanplan aviá plan volgut se desengorgar, tanplan… Es qu'aviá reüssit ? Aviá reüssit ? Se aviá reüssit, èra dejà pas mal… »
Le mauvais sort, la vache et la batteuse
« Quelqu'un pouvait te jeter un sort sur une vache, mettons, qu'elle ait du lait, tout à coup soi-disant la vache perdait… “La vache a perdu son lait, nous l'ont-ils vue ?” Bon, ils lui avaient jeté un sort. On l'avait entendu dire, ça. Alors on disait qu'il fallait aller chercher les choux du voisin et les lui faire manger pour faire partir le mauvais sort. Est-ce que ça réussissait ? Je ne sais pas…
Moi, à la maison, nous en avions entendu parler mais, à notre maison, je ne pense pas que ça ne se soit jamais… que ça se soit présenté.
Une machine aussi ! La batteuse ! C'était la machine qu'ils allaient tracter, qu'ils allaient chercher avec des bœufs. Il n'y avait pas de routes, ce n'était que des chemins, des chemins, des passages. Alors tous les voisins prenaient une paire de bœufs et attelaient cette machine, ils allaient la chercher là où ils avaient commencé à battre, chez les voisins, des uns aux autres. Alors ils prenaient la paire de bœufs et allez, ils foutaient deux, trois paires de bœufs là à la suite pour tracter la machine. Alors il arrivait que la machine s'enraye, elle ne voulait plus battre.
Alors : “Qu'est-ce que cela peut être ? Aussi bien quelqu'un nous a jeté un sort !”
À notre maison je ne l'ai pas vu mais ça se disait chez les voisins.
Alors ils allaient chercher les choux, voler les choux en cachette des voisins… Les choux verts, ces choux que nous nous appelons les choux des cochons, et ils les faisaient manger à la machine ! Tu penses ! Aussi bien elle avait voulu se désenrayer, aussi bien… Est-ce que ça avait réussi ? Ça avait réussi ? Si ça avait réussi, c'était déjà pas mal… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...