Lo repais e la messa de Nadar

Collecté en 2000 Sur les Communes de Laval-Roquecezière, St-Sever-du-Moustier Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour le réveillon de Noël, on mangeait une daube de bœuf cuite longuement au feu de cheminée, pendant la messe de minuit, dans un récipient appelé topin.

On notera le rhotacisme transformant le "l" de Nadal (Noël) en "r" : Nadar. Cette particularité linguistique se retrouve dans plusieurs secteurs du département.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Augustine PRIVAT

née Palis en 1931 à Laval-Roquecezière.

Transcription

Occitan
Français
« Se manjava la dauba, la dauba qu'òm fasiá còire dins la chiminèia, dins un topin. Aquò èra tradicionel. Alara tot lo monde fasiá la dauba. Èra facha ambe de buòu copat en tròces… Èra un pauc çò qu'òm apèla aicí le bœuf bourguignon, peut-être un peu. Mès èra quicòm, èra presque, sai pas, èra una abituda mès que auriem pas mancat. D'abituda crompàvem pas fòrça de carn de buòu, sabètz, dins las campanhas. Mès per Nadar, apelàvem aquò lo revelhon, lo revelhon de Nadar, las mamàs fasián aquel plat tradicionel. Òm i metiá de laurièr, de ginèbre e de vin. Se òm aviá un pauc de bon vin, òm i metiá. Tot aquò cosiá ensemble, òm ba cutava plan per que totas las odors, tot çò que i podiá avere de bon, demorèssen dins lo pòt. Èra un topin, apelàvem aquò lo topin.
E alara aquí fasiam la velhada de la nuòch amb aquel topin sus la chambrièira. Caliá que i agèsse de fuòc mès pas tròp, caliá un fuòc un pauc doç. E apèi partissiem a la messa de mièjanuòch après qu'aviam plan preparat lo fuòc, aquí, que se consumi(gu)èsse doçament. E, quand tornàvem, èra pratique, tot lo monde manjava lo revelhon. A la messa, aviem tanplan avut sòm, quand èrem pichons per çò que èra la messa de mièjanuòch mès, quand tornàvem, nos regalàvem d'avere lo fuòc atanben, que brutlava, aviem avut freg a las mans, freg als pès, e nos caufàvem tot en senti(gu)ent aquel topin que desgatjava una odor que nos disiá : “Manjatz-me !” »
Le repas et la messe de Noël
« On mangeait la daube, la daube qu'on faisait cuire dans la cheminée, dans un pot. C'était traditionnel. Alors tout le monde faisait la daube. Elle était faite avec du bœuf coupé en morceaux… C'était un peu ce qu'on appelle ici le bœuf bourguignon, peut-être un peu. Mais c'était quelque chose, c'était presque, je ne sais pas, c'était une habitude que nous n'aurions pas ratée. D'habitude nous n'achetions pas beaucoup de viande de bœuf, vous savez, dans les campagnes. Mais pour Noël, nous appelions cela le réveillon, le réveillon de Noël, les mamans faisaient ce plat traditionnel. On y mettait du laurier, du genièvre et du vin. Si on avait un peu de bon vin, on l'y mettait. Tout cela cuisait ensemble, on le fermait bien pour que toutes les odeurs, tout ce qu'il pouvait y avoir de bon, restent dans le pot. C'était un
topin, nous appelions ça le topin.
Et alors là nous passions la soirée avec ce pot sur le trépied de la cheminée. Il fallait qu'il y ait du feu mais pas trop, il fallait un feu un peu doux. Et puis nous partions à la messe de minuit après avoir bien préparé le feu, là, pour qu'il se consume doucement. Et, quand nous revenions, c'était pratique, tout le monde mangeait le réveillon. À la messe, nous avions souvent eu sommeil, quand nous étions petits car c'était la messe de minuit mais, quand nous revenions, nous nous réjouissions d'avoir le feu aussi, qui brûlait, nous avions eu froid aux mains, froid aux pieds, et nous nous chauffions tout en sentant ce pot qui dégageait une odeur qui nous disait : “Mangez-moi !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...