Las lachariás per Ròcafòrt

Collecté en 1997 Sur la Commune de Lassouts Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avec le développement de Roquefort, progressivement, à partir de la fin du XIXe siècle, des laiteries (lachariás) s’installèrent dans les villages, dans certains hameaux et même dans les exploitations les plus importantes, partout en Rouergue, à l’exception de l’extrême nord et de l’ouest du département.

Beaucoup de villages avaient même plusieurs laiteries dépendant de sociétés différentes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND LACAN

né en 1928 à Paris, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Tanlèu qu'i aviá una bòria un pauc, doas o tres bòrias gropadas, i metián una lachariá… importenta. A La Gratarèla, aquí, n'i aviá una e i aviá pas que doas bòrias o tres.
Lo metián calhar e fasián juste lo far durcir un pauc per poire l'envoiar a Ròcafòrt.
Quand anàvem a l'escòla, me rapèle pro… Tot lo monde, lo matin, ambe la bicicleta, n'i aviá qu'avián d'ègas o d'ases… Venián portar lo lach. Un pauc fasián los bistròs empr'aquí encara abans de partir, n'i aviá… Ah oui,cadun aviá son moyen de bordper l'aportar, pels transpòrts. Parce que i aviá pas de rotas coma uèi ! Naltres avèm pas que la rota aicí dempièi 57. Sortiam de d'alai. Aviam pas cap de camin de sortida… Alara, per aportar lo lach, i aviá pas qu'un sistèma : aquò èra una èga o sus l'esquina.
Mès las quantitats èran pas las mèmas. Aquò èra pas manejat. Enfin, aquò èra l'epòca, question de lach, èran pas dificiles en plus e, dosièmament, aquò pagava. Un litre de lach aviá quatre còps mai de valor que uèi, amai mai. Amb un litre de lach, crompavas, sai pas ieu… Tandis que uèi, a pas pussa valor. Lo tipe que molziá trenta, quaranta litres de lach e ben aquò èra un brave lachièr ! E uèi, n'i a que ni fan de cents e de cents e ganhan pas jamai pro ! »
Les laiteries pour Roquefort
« Dès qu’il y avait une ferme un peu, deux ou trois fermes regroupées, ils y mettaient une laiterie... importante. À La Gratarelle, là, il y en avait une et il n’y avait que deux fermes ou trois.
Ils le mettaient à cailler et ils le faisaient juste durcir un peu pour pouvoir l’envoyer à Roquefort.
Quand nous allions à l’école, je me souviens assez... Tout le monde, le matin, avec une bicyclette, certains avaient des juments ou des ânes... Ils venaient porter le lait. Ils passaient un peu par les bistrots, par là, encore avant de partir, certains… Ah oui, chacun faisait avec les moyens du bord pour les transports. Parce qu’il n’y avait pas de routes comme aujourd’hui ! Nous, nous n’avons la route ici que depuis 57. Nous sortions par là-bas. Nous n’avions aucun chemin de sortie... Alors, pour apporter le lait, il n’y avait qu’un système : c’était une jument ou sur le dos.
Mais les quantités n’étaient pas les mêmes. Ce n’était pas organisé. Enfin, c’était l’époque, question lait, ils n’étaient pas difficiles en plus et, deuxièmement, ça payait. Un litre de lait avait quatre fois plus de valeur qu’aujourd’hui, et même plus. Avec un litre de lait, tu achetais, je ne sais pas moi... Alors qu’aujourd’hui, il n’a plus de valeur. Le type qui trayait trente, quarante litres de lait eh bien c’était un gros laitier ! Et aujourd’hui, certains font des cents et des cents et ils ne gagnent jamais assez ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...