L'estiva de las vacas sus Aubrac

Collecté en 1997 Sur les Communes de Lassouts, St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Le nombre de buronniers (montanhièrs) employés dans un masuc dépendait du nombre de vaches à traire. L'équipe type était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol mais il pouvait y avoir des renforts : le préfixe tras signifie “second”, “assistant”, littéralement “derrière” : trascantalés, traspastre, trasvedelièr…

Le cantalés était le responsable, celui qui était le mieux payé. Il représentait le propriétaire de la montanha, avait la responsabilité du troupeau et de la fabrication du fromage. Il était respecté.

L’asegada est le nom du parcours que le pastre et le rol faisaient suivre aux vaches en journée.

Le vedelièr s'occupait principalement des veaux (vedèls). Pendant la traite, il attachait chaque veau à la patte avant de sa mère. Cette opération s'appelait cambilhar (de camba : jambe). Ce leurre permettait à la vache de délivrer son lait (amairar). En dehors des heures de traite, le vedelièr surveillait les veaux afin qu'ils ne rejoignent pas les vaches.

Le parc était composé de claies (cledas) ramées (ramadas) et de claies nues. On le changeait de place pour amender la terre et pour protéger les bêtes du vent, notamment au moment de la traite. Dans le temps, il servait aussi à protéger les veaux des attaques de loups.

On trayait, assis sur un tabouret à pied unique (sèla, selon) attaché à la ceinture, dans des seaux (farrats) de 20 litres que l’on allait vider dans un grand récipient également en bois appelé gèrla.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND LACAN

né en 1928 à Paris, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« I a de devesas l'estiu e, per profitar de l'èrba, aicí, coma n'avèm pas tròpa l'estiu, qu'aquò seca, ne mòntan en estivatge a la montanha. E òc, cad'ans a la mèma epòca, un pauc, i a de datas limitas. Cal que l'èrba siaga sortida per las montar ! Coma aquest'annada aquò èra pas tròp aboriu, lo monde an retardat de qualques jorns per esperar que l'èrba montèssa. Cad'ans a la mèma epòca, van passar quatre meses e quicòm amont.
Lo prumièr, aquò's lo cantalés, lo vedelièr, lo rol e pièi un tras-vedelièr o un… Aquò dependiá lo nombre de vacas qu'avián. Lo cantalés s'ocupava de dirijar lo truc,en plus de far lo fromatge e pièi los altres molzián. Lo vedelièr gardava los vedèls lo jorn parce que lor fasián manjar d'èrba quand mèmes, en los gardent. Pièi la nuèch, los barravan dins lo pargue.
Cada jorn las fasián rodar al mème endrech. Fasián lo mème parcors a quicòm prèp e pièi cambiavan lo vedelat de plaça. Aquò èra lo pargue. Molzián pas al mème endrech. L'asegada, aquò's lo parcors que fasián far a las bèstias. Lor fasián far l'asegada, per que demorèsson pas al torn dels vedèls. Prenián las vacas e las fasián… Pièi quand èran enlai las daissavan ben sai que solas… Venián adujar al masuc, enfin al fromatge.
Molzián sus la sèla pas qu'amb un pè. Estacavan lo vedèl a la camba de la vaca e molzián. Fasián amairar lo vedèl, lo fasián… La prumièira tetada, lo vedèl… Enfin juste per adocir las tetinas. E pièi las molzián.
Pièi tornavan lachar lo vedèl un pauc après e pièi los triavan al pargue. Quand avián triat, prenián las vacas a l'asegada, que parlatz tot a l'ora aquí, e pièi aprèssa, quand las vacas èran un pauc partidas, lo vedelièr preniá los vedèls e fasiá pareilambe los vedèls jusc'al sera a l'ora de mólzer. Pièi la nuèch, los barravan dins lo pargue per que lo matin agèsson pas tetat. Lor donavan un pauc de fen mès pas bien. Los vedèls èran pas sonhats coma uèi… Aquò los empachava pas de far ! »
« Il y a des pâturages l’été et, pour profiter de l’herbe, ici, comme nous n’en avons pas trop l’été, parce qu’elle sèche, ils en montent en estive à la montagne. Eh oui, tous les ans à la même époque, il y a des dates limites. Il faut que l’herbe soit sortie pour les monter ! Comme cette année ce n’était pas trop en avance, les gens ont retardé de quelques jours pour attendre que l’herbe pousse. Tous les ans à la même époque, ils vont passer un peu plus de quatre mois là-haut
Le premier, c’est le cantalés, le vedelièr, le rolet puis le tras-vedelièrou un... Ça dépendait du nombre de vaches qu’ils avaient. Le cantaléss’occupait de diriger le truc, en plus de faire le fromage et puis les autres trayaient. Le vedelièrgardait les veaux le jour parce qu’ils leur faisaient manger de l’herbe quand même, en les gardant. Puis la nuit, ils les fermaient dans le parc.
Tous les jours, ils les faisaient tourner au même endroit. Ils faisaient le même parcours à quelque chose près et puis ils changeaient le vedelatde place. C’était le parc. Ils ne trayaient pas au même endroit. L’asegada, c’est le parcours qu’ils faisaient faire aux bêtes. Ils leur faisaient faire un parcours pour qu’elles ne restent pas autour des veaux. Ils prenaient les vaches et ils les faisaient... Puis, quand elles étaient là-bas, ils les laissaient bien seules peut-être... Ils venaient aider au masuc, pour faire le fromage.
Ils trayaient sur le tabouret à un pied. Ils attachaient le veau à la patte de la vache et ils trayaient. Ils faisaient amairarle veau, ils le faisaient... La première tétée était pour le veau... Enfin juste pour adoucir les tétines. Et puis ils les trayaient.
Puis ils relâchaient le veau un peu ensuite et puis ils les triaient dans le parc. Quand ils les avaient triés, ils prenaient les vaches sur le parcours dont on parlait tout à l’heure, là, et puis ensuite, quand les vaches étaient un peu parties, le vedelièrprenait les veaux et faisait la même chose avec les veaux jusqu’au soir à l’heure de traire. Puis, la nuit, ils les fermaient dans le parc pour que le matin ils n’aient pas tété. Ils leur donnaient un peu de foin mais pas beaucoup. Les veaux n’étaient pas soignés comme aujourd’hui... Ça ne les empêchait pas de grandir ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...