N'aviái un omenon…

Collecté en 1996 Sur la Commune de Lapanouse-de-Sévérac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson de mal-mariée devenue rare était autrefois très répandue dans le domaine occitan.

Louis Lambert en a publié plusieurs versions en 1906.

Son

AGNÈS GALUT

née Majorel en 1913 à Tantayrou de Lapanouse de Sévérac.

Transcription

Occitan
Français
« N'aviái un omenon,
Coma un pialon de civada,
D’aquí aquí la derliquet,
N'aviái un omenon,
Coma un pialon de civada.

L’assetère per l’ostal,
Las polas lo me becavan,
D’aquí aquí la derliquet,
L’assetère per l’ostal,
Las polas lo me becavan.

L’anère metre al lièch,
Lo perdère per la palha,
D’aquí aquí la derliquet,
L’anère metre al lièch,
Lo perdère per la palha.

Lo faguère anar lavar un faisson de linge,
E lo vegère sus l’ai(g)a,
Que l’ai(g)a lo me preniá,
Que l’ai(g)a lo me preniá.

Anère veire cossí o me fasiá,
Lo vegère sus l'ai(g)a,
Que l’ai(g)a lo me preniá,
Que l’ai(g)a lo me preniá.

Ne voliái ben plorar,
Mès lo rire m’escapava,
D’aquí aquí la derliquet,
Ne voliái ben plorar,
Mès lo rire m’escapava.

Ne voliái ben portar lo dòl,
Mès lo roge m’agradava,
D’aquí aquí la derliquet,
Ne voliái ben portar lo dòl,
Mès lo roge m’agradava.

Anère sus sa tomba,
Li dire un Pater Noster :
“A ! l’Alari, que tornèssas pas sortir,
A ! l’Alari, que tornèssas pas sortir !” »
J'avais un petit homme…
« J'avais un petit homme,
Comme un petit tas d'avoine,
D'aqui aqui la derliquet,
J'avais un petit homme,
Comme un petit tas d'avoine.

Je l'assis dans la maison,
Les poules me le becquaient,
D'aqui aqui la derliquet,
Je l'assis dans la maison,
Les poules me le becquaient.

J'allai le mettre au lit,
Je le perdis dans la paille,
D'aqui aqui la derliquet,
J'allai le mettre au lit,
Je le perdis dans la paille.

Je lui fis aller laver un petit paquet de linge,
Et je le vis sur l'eau,
L'eau me le prenait,
L'eau me le prenait.

J'allai voir comment il faisait,
Je le vis sur l'eau,
L'eau me le prenait,
L'eau me le prenait.

Je voulais bien pleurer,
Mais le rire m'échappait,
D'aqui aqui la derliquet,
Je voulais bien en pleurer,
Mais le rire m'échappait.

Je voulais bien porter le deuil,
Mais le rouge me plaisait,
D'aqui aqui la derliquet,
Je voulais bien porter le deuil,
Mais le rouge me plaisait.

J'allai sur sa tombe,
Lui dire un Pater Noster :
“Ah ! l'Alary, que tu ne ressortes pas !
Ah ! l'Alary, que tu ne ressortes pas !” »
© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...