Vòls tus te logar ?

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Laissac, Prades de Salars Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ces dialogues chantés entre une personne de rang élevé et une jeune femme de modeste extraction sont appelés pastorèlas. "Gentille pastourelle" est la plus répandue dans la région.

Toutes révèlent la situation diglossique de l'occitan par rapport au français, mêlée à un conflit de classes. Le seigneur s'adresse à la jeune femme en français. Il veut l'emmener, lui inculquer les bonnes manières et lui faire connaître le beau monde. La jeune femme lui répond en occitan et préfère rester dans sa campagne.

Il s'agit d'un genre populaire très ancien que l'on retrouve dans la lyrique des troubadours.

Cette pastorèla est entièrement en occitan au début puis bilingue français-occitan à la fin. Il s'agit d'un dialogue entre un noble et une bergère. Elle est très ancienne et particulièrement complète, les deux parties constituant habituellement deux chansons différentes.

Son

FERNAND CHAUCHARD

né en 1931 à Prades de Salars.

Transcription

Occitan
Français
« Vòls-tus te lo(g)ar gentilha pastoreleta ?
Vòls-tus te lo(g)ar, per mon tropèl gardar ?

– Oh oui Mossur, me logarai,
Vòstre tropèl ieu lo vos gardarai. (bis)

– Quant vòls ganhar gentilha pastoreleta ?
Quant vòls ganhar ? Ieu te donarai.

– Un loís d’aur, un damantal,
Aquò’s Mossur çò que ieu me cal. (bis)

– Qué te cal mai gentilha pastoreleta ?
Qué te cal mai ? Vai, o te donarai.

– Un cotilhon, un mocador,
Aquò’s Mossur çò que me far onor. (bis)

– Qué te cal mai gentilha pastoreleta ?
Qué te cal mai ? Vai, o te donarai.

– Un parelh d’esclòps e de solièrs,
Aquò’s Mossur çò que me cal als pès. (bis)

– Qué te cal mai gentilha pastoreleta ?
Qué te cal mai ? Vai, o te donarai.

– Un pastorèl, polit e fidèl,
Per m’adujar a gardar lo tropèl. (bis)

– Viens jeune Nanon, rentrons dans le bocage.
– Nani, Mossur, crente pas lo solelh ! (bis)

– Dis-moi, Nanon, le nom de ton village.
– Aprenètz-lo e pèissas lo sauretz ! (bis)

– Dis-moi, Nanon, qui t’a si bien apprise ?
– E vos, Mossur, end avetz estudiat ?

– J'ai étudié au château de mon père.
– E ieu, Mossur, en gardent los motons. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...