Quand lo mèstre ven d'al mercat…

Collecté en 2000 Sur les Communes de Laissac, Prades de Salars Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les chansons de maris cocus sont relativement fréquentes, parfois même c'est avec le curé que l'épouse trompe son mari. Ici c'est avec un domestique.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FERNAND CHAUCHARD

né en 1931 à Prades de Salars.

Transcription

Occitan
Français
« Quand lo mèstre ven d’al mercat, (bis)
Troba lo lièch tot desmargat,
Trolalireta,
Troba lo lièch tot desmargat,
Trolalirà.

Ditz al vailet : “De qu’auràs-tu fach ? (bis)
Ambe la mèstra auràs cochat,
Trolalireta,
Ambe la mèstra auràs cochat,
Trolalirà.

– Nani Mossur n’es pas vertat, (bis)
Aquò i es l’oncle Bernat,
Trolalireta,
Aquò i es l’oncle Bernat,
Trolalirà.

– A… di(g)a vailet te'n caldrà anar ! (bis)
Ieu te pòde pas pus gardar,
Trolalireta,
Ieu te pòde pas pus gardar,
Trolalirà.

– E per qu’o cal me'n vau anar, (bis)
Mès auretz d’argent a me comptar,
Trolalireta,
Mès auretz d’argent a me comptar,
Trolalirà.”

E lo mèstre se metèt a comptar, (bis)
E lo vailet a ramassar,
Trolalireta,
E lo vailet a ramassar,
Trolalirà.

Quand lo vailet se'n sisquèt anat, (bis)
La mèstra se metèt a plorar,
Trolalireta,
E la serventa a ronflar,
Trolalirà.

“A… di(g)a vailet te caldrà tornar ! (bis)
Las pòde pas pus consolar,
Trolalireta,
Las pòde pas pus consolar,
Trolalirà.

– E ben per qu’o cal e ben vau tornar, (bis)
Mès disètz-me ambe qual caldrà cochar,
Trolalireta,
Mès disètz-me ambe qual caldrà cochar,
Trolalirà.

– Ambe la serventa cocharàs, (bis)
E ambe la mèstra quand poiràs,
Trolalireta,
E ambe la mèstra quand poiràs,
Trolalirà.” »
Quand le maître revient du marché…
« Quand le maître revient du marché, (bis)
Il trouve le lit tout défait,
Troulalirette,
Il trouve le lit tout défait,
Troulalira.

Il dit au domestique : “Qu'auras-tu fait ? (bis)
Avec la maîtresse tu auras couché,
Troulalirette,
Avec la maîtresse tu auras couché,
Troulalira.

– Non Monsieur ce n'est pas vrai, (bis)
C'est l'oncle Bernard,
Troulalirette,
C'est l'oncle Bernard,
Troulalira.

– Ah… dis, domestique, il faudra t'en aller ! (bis)
Moi je ne peux plus te garder,
Troulalirette,
Moi je ne peux plus te garder,
Troulalira.

– Et parce qu'il le faut je vais m'en aller, (bis)
Mais vous aurez de l'argent à me compter,
Troulalirette,
Mais vous aurez de l'argent à me compter,
Troulalira.”

Et le maître se mit à compter, (bis)
Et le domestique à ramasser,
Troulalirette,
Et le domestique à ramasser,
Troulalira.

Quand le domestique s'en fut allé, (bis)
La maîtresse se mit à pleurer,
Troulalirette,
Et la servante à sangloter,
Troulalira.

“Ah… dis, domestique, il faudra que tu reviennes ! (bis)
Je ne peux plus les consoler,
Troulalirette,
Je ne peux plus les consoler,
Troulalira.

– Eh bien puisqu'il le faut eh bien je vais revenir, (bis)
Mais dites-moi avec qui il me faudra coucher,
Troulalirette,
Mais dites-moi avec qui il me faudra coucher,
Troulalira.

– Avec la servante tu coucheras, (bis)
Et avec la maîtresse quand tu pourras,
Troulalirette,
Et avec la maîtresse quand tu pourras,
Troulalira.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...