Lo cabrit del curat

Collecté en 2000 Sur les Communes de Laissac, Prades de Salars Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les parodies du sacré sont calquées sur des matrices issues de la liturgie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FERNAND CHAUCHARD

né en 1931 à Prades de Salars.

Transcription

Occitan
Français
« Alara aquò se passava a l'epòca aquí encara que i aviá de curats, n'i aviá un pauc pertot a l’epòca. Dins las pichòtas parroèssas avián pas totjorn tròp alara las femnas, apr'aquí las païsanas, lo diminge en venguent a la messa, li portavan quicòm per despartinar.
Aquel jorn, agèt un pauc mai de chança que d'abituda, una brava païsana li portèt un cabrit. Lo li portèt, aquí, l'aviá tot escorgat, èra prèste a metre a còire.
Alara dintrèt, li portèt lo cabrit e pièi se metèron a biure lo cafè apr'aquí, a discutar un pauc ambe la serventa e Mossur lo curat.
Quand Mossur lo curat se'n trachèt, èra ora de vite anar dire sa messa.
Alara partís vite dire sa messa, te daissèt las femnas aquí, en trenh totjorn de discutar.
Pièi, quand la païsana sesquèt partida, la serventa pensèt :
“Ai pas demandat a Mossur lo curat cossí voliá que li fasquèsse còire aquel cabrit !”
E cossí far per lo li far dire ara ?
Alara se'n va sus la pòrta de la sacristiá, teniá lo cabrit pels pès de darrès, lo levava coma aquò d'aquí, Mossur lo curat èra amont que prechava, compreniá ben de qu'es aquò que voliá mès lo li podiá pas dire.
Alara se tornèt retirar un pauc dins la sacristiá pièi Mossur lo curat davalèt de cadièira, se tornèt a dire sa messa aquí e, coma èra en trenh de cantar la prefaça, torna sortir sus la pòrta de la sacristiá ambe son cabrit… Alara a-n-aquel moment Mossur lo curat di(gu)èt :
“E ben tant pis i vau o z'o dire, veirem ben…”
Alara se metèt a li cantar coma aquò d'aquí :
“E tus aval, la brava Marinon,
Que ne tenes lo cabrit pels pès,
Fai-ne la mitat bolhit,
La mitat rostit…”»
Le chevreau du curé
« Ça se passait à l'époque où il y avait encore des curés, il y en avait un peu partout à l'époque. Dans les petites paroisses ils n'avaient pas toujours trop alors les femmes, par là les paysannes, le dimanche en venant à la messe, lui apportaient quelque chose pour le déjeuner.
Ce jour-là, il eut plus de chance que d'habitude, une gentille paysanne lui apporta un chevreau. Elle le lui apporta, là, elle l'avait dépecé, il était prêt à mettre à cuire.
Alors elle entra, elle lui apporta le chevreau et puis ils se mirent à boire le café par là, à discuter un peu avec la bonne et Monsieur le curé.
Quand Monsieur le curé s'en aperçut, il était l'heure d'aller vite dire sa messe.
Alors il part vite dire sa messe, il laissa les femmes là, toujours en train de discuter.
Puis, quand la paysanne fut partie, la bonne pensa :
“Je n'ai pas demandé à Monsieur le curé comment il voulait que je le fasse cuire ce chevreau !”
Et comment faire pour le lui faire dire maintenant ?
Alors elle s'en va sur la porte de la sacristie, elle tenait le chevreau par les pattes arrière, elle le levait comme cela, Monsieur le curé était là-haut à prêcher, il comprenait bien ce qu'elle voulait mais il ne pouvait le lui dire.
Alors elle se retira un peu dans la sacristie puis Monsieur le curé descendit de chaire, reprit sa messe et, comme il était en train de chanter la préface, elle ressort sur la porte de la sacristie avec son chevreau… Alors à ce moment-là Monsieur le curé dit :
“Eh bien tant pis je vais le lui dire, nous verrons bien…”
Alors il se mit à lui chanter ainsi :
“Et toi, la gentille Marinou,
Qui tiens le chevreau par les pattes,
Fais-en la moitié bouilli,
La moitié rôti…” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...