Sèm Montanhòls

Collecté en 2000 Sur la Commune de Laguiole Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

"Sèm Montanhòls", du chanoine Jean Vaylet (1845-1936) de La Terrisse, est connu sur toute la Montanha où il fait figure d'hymne. Le texte est intéressant d'un point de vue ethnographique car il témoigne à la fois des mentalités et de la vie des Montanhòls.

Jean Vaylet écrira également "La responsa del Costovin" pour donner le point de vue des gens de la vallée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Louis RAYNAL

né en 1947 à Saint-Urcize (15).

Transcription

Occitan
Français
« Sèm Montanhòls, n’avèm l’independença,
L’aviam, l’avèm amai la gardarem,
S’i a pas de reis en França,
Naltres i renharem.

Nòstre sol mèstre es aquel que fa nàisser,
Lo blat l’auton e l’èrba tot l’estiu,
Lo preguèm que nos laisse,
Lo gost del pan bèl briu.

Vam al trabalh, a la dalha, a l’araire,
Fièrs e contents a la garda de Dius,
Coma l’aucèl per l’aire,
E las trochas pels rius.

Dels vièlhs Gauloès avèm lo crit de guèrra,
Possèm d’aücs que tot ni resplandís,
En passent sus Tèrra,
Aimèm nos far ausir.

Les Costovins n’aiman pas las montanhas,
Mès naltres sèm pas jaloses dels valons,
Cau tròpas de castanhas,
Per crompar un vedelon.

Tu, Costovin, siás fièr de ta vendinha,
Mès ieu te plange, paure Costovin,
Tu trabalhas la vinha,
Naltres buvèm lo vin.

Al País bas i a ben de gintas planas,
Per far de blat e per manjar de pan,
S’elàs aviás de banas,
Tanplan que laurariás.

Viva totjorn la vaca despensièira,
Que fa rajar la fònt blanca al farrat,
Las saumas de ribièira,
Farián pas un encalat.

Viva totjorn l’aligòt de montanha,
Que quand es cald s’estira coma un fial,
Laissatz-lor las castanhas,
Que lor demòran al còl.

Per Sant-Matiu, quand l’èrba s’acaba,
E que vendèm les vedèls e les buòus,
Per remplir nòstra cava,
Mancarem pas de sòus,
Per remplir nòstra cava,
Mancarem pas de sòus. »
Nous sommes de la Montagne
« Nous sommes de la Montagne, nous avons l’indépendance,
Nous l’avions, nous l’avons et nous la garderons,
S’il n’y a pas de rois en France,
Nous, nous y régnerons.

Notre seul maître est celui qui fait naître,
Le blé l’automne et l’herbe tout l’été,
Nous le prions qu’il nous laisse,
Le goût du pain longtemps.

Nous allons au travail, à la faux, à l’araire,
Fiers et contents à la garde de Dieu,
Comme l’oiseau dans l’air,
Et les truites dans les ruisseaux.

Des vieux Gaulois, nous avons le cri de guerre,
Nous poussons des aücs que tout en retentit,
En passant sur la Terre,
Nous aimons nous faire entendre.

Les Coustoubis n’aiment pas les montagnes,
Mais nous ne sommes pas jaloux des vallons,
Il faut trop de châtaignes,
Pour acheter un petit veau.

Toi, Coustoubi, tu es fier de ta vendange,
Mais je te plains, pauvre Coustoubi,
Toi tu travailles la vigne,
Nous, nous buvons le vin.

Dans le Pays bas il y a de belles plaines,
Pour faire du blé et pour manger du pain,
Si, hélas, tu avais des cornes,
Tu pourrais aussi bien labourer.

Vive toujours la vache de la maison,
Qui fait couler la fontaine blanche dans le seau,
Les ânesses de la vallée,
Ne feraient pas un fromage.

Vive toujours l’aligot de montagne,
Qui s’étire comme un fil quand il est chaud,
Laissez-leur les châtaignes,
Qui leur restent dans le gosier.

Pour la Saint-Mathieu, quand l’herbe s’achève,
Et que nous vendons les veaux et les bœufs,
Pour remplir notre cave,
Nous ne manquerons pas de sous.
Pour remplir notre cave,
Nous ne manquerons pas de sous. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...