Lo lire per una talhada

Collecté en 1996 par IOA Sur la Commune de Lacroix-Barrez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité.

Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours.

On utilisait les fleurs ou les feuilles de lis blanc (liri, lire), que l'on conservait dans de l'huile (òli) ou de l'eau de vie (aigardent), pour soigner les coups (pics, pets) ou les plaies (plagas, talhadas, brutladuras…).

Ethnotexte

ANDRÉE LEYBROS

née Tarrisse en 1922 à Lacroix-Barrez.

Transcription

Occitan
Français
« Per una talhada, metián de fuèlhas de lis. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...