Lo molza

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de La Terrisse Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les troupeaux de bovins (vacadas) montaient sur l'Aubrac pour la Saint-Urbain, le 25 mai, et redescendaient le 13 octobre pour la Saint-Géraud (Sant-Guirald).

Les pâturages d'estive sont appelés montanhas.

On fabriquait alors la fourme (forma) d'Aubrac dans les burons (masucs).

La traite avait lieu deux fois par jour au parc (pargue) qui servait à séparer les vaches des veaux. On déplaçait le parc pour amender (fumar) un maximum de terre. L'espace amendé était appelé fumada ou pargada.

Pour inciter la vache à donner son lait, le vedelièr amairava (de maire : mère). Après avoir amorcé la traite avec le veau, il attachait ce dernier à la patte antérieure de sa mère avec une corde en crin appelée cambilha. Cette opération s'appelait cambilhar (de camba : jambe). Petit à petit on laissait de moins en moins de lait au veau.

Pour traire, le cantalés et le pastre avaient un tabouret à pied unique attaché à la ceinture, lo selon.

Ethnotexte

André VALADIER

né en 1933 à La Terrisse.

Transcription

Occitan
Français
« Per mólzer, caliá de cordèls per estacar lo vedèl a la camba de la maire.
Arribavan ambe la gèrla e les farrats. Molzián dins les farrats e vojavan lo lach dins la gèrla.
Per mólzer, s’assetavan sus aquelses selons a un pè. Penjat a la cincha, avián un pauc de sau dins una bana.
Dins una montanha pichona, avián pas lo parelh per tornar portar lo lach, lo portavan sus l’esquina, a dos òmes. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...