Lo carvalin

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de La Terrisse Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Lorsqu’un veuf (viuse) ou une veuve (viusa) se remariait, la jeunesse organisait de bruyants charivaris (carvalins). Cette tradition offensante avait pour but de faire entendre le désaccord supposé du défunt ou de la défunte.

Parmi les idiophones utilisés pour faire le tintamarre du charivari, la RCP Aubrac (enquête CNRS) mentionne, pour la commune de Vitrac, le tambour à friction, habituellement appelé brau en Rouergue.

Le charivari s'arrêtait généralement quand les futurs mariés payaient à boire.

Ethnotexte

Michel GINISTY

né en 1945 à La Terrisse.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra dos viuses que se tornavan maridar e, tot lo lòng del camin, les joves les acompanhavan ambe de trompetas e d’esquilons.
Aquela brava femna, tot en un còp, l’envija de pissar l’atapèt e di(gu)èt a-z-un :
“Bufa, pòts ben bufar tant que voldràs que m’empacharàs pas de pissar !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...