Dépiquage (escodre) mécanisé au croque-paille (cròcapalha), aux Clauzels, 1934

Sur la Commune de La Terrisse Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dépiquage (escodre) mécanisé au croque-paille (cròcapalha), aux Clauzels, 1934

Georgette Clermont et André Valadier. Aurélie Casses et Zélie Valadier. Raymond Franc, Henri Ferrari et Léon Valadier.

Lo cròcapalha
« Un jeu d’engrenages était nécessaire pour donner la vitesse suffisante pour un bon dépiquage, alors il fallait quatre hommes pour entraîner la machine, deux à chaque bout d’essieu. Deux autres personnes étaient nécessaires pour détacher les gerbes et les passer, poignée par poignée, à la machine. Derrière la machine, il fallait encore quatre hommes. Un, avec un râteau, écartait la paille sitôt sortie de la machine. Le grain projeté plus fortement tombait le premier et il fallait être là pour tirer la paille avant que le grain de la poignée suivante arrive. Les trois autres hommes étaient bien occupés à mettre cette paille en bottes, les liens étant difficiles à faire avec cette paille. Toutes les demi-heures, on arrêtait la machine, il fallait tirer le grain en arrière, nettoyer sommairement l’aire, et on buvait un coup. Puis les hommes échangeaient leurs places : ceux qui étaient à la traction passaient à la paille, ceux qui étaient à la paille passaient à la manivelle. » (D’après Julien Poulhès, document Lucien Bras)

Les Clausèls de La Tarrissa, 1934

Photo

Dépiquage (escodre) mécanisé au croque-paille (cròcapalha), aux Clauzels, 1934
© GINISTY Michel

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...