Los rius empoisonats

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de La Selve, Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La chasse et la pêche, souvent pratiquées avec des techniques prohibées, procuraient un complément d’alimentation ou de revenu apprécié et parfois vital.

Joseph évoque l'empoisonnement des poissons à la chaux.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Joseph ASSIÉ

né en 1910 à Monteils de La Selve.

Transcription

Occitan
Français
« Los rius aicí èran empoisonats aicí sai pas quantes de còps per an ambe la cauç… Per çò que quand la trocha respirava l'ai(g)a-cauç morissiá.
Lo que vendiá la cauç nos vendiá la cauç en pèira mès aquò èra de pèiras qu'èran cuèchas als forns a cauç, sai pas cossí aquò marchava, ieu… Alara i metiás d'ai(g)a dessús, aquò fermentava et allez. E pièi quand èra… Apelavan aquò l'escantir. Anavas brandir aquò dins lo riu per trapar las trochas. E i aviá de trochas tot lo temps ! Amai s'empoisonèsse, n'i aviá quand mèmes. Mès ieu aquò m'agradava pas, o ai pas jamai fach. »
Les ruisseaux empoisonnés
« Les ruisseaux ici étaient empoisonnés je ne sais combien de fois par an avec la chaux... Parce que quand la truite respirait l’eau de chaux elle mourait.
Celui qui vendait la chaux nous vendait la chaux en pierre mais c’était des pierres qui étaient cuites aux fours à chaux, je ne sais pas comment ça marchait, moi... Alors tu y mettais de l’eau dessus, ça fermentait et allez. Et puis quand c’était... Ils appelaient ça l’éteindre. Tu allais secouer ça dans le ruisseau pour attraper les truites. Et il y avait des truites tout le temps ! Même si elles s’empoisonnaient, il y en avait quand même. Mais moi ça ne me plaisait pas, je ne l’ai jamais fait. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...