Lo pastre, la sirventa e lo dròlle

Collecté en 1997 Sur les Communes de La Selve, Rulhac-St-Cirq Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JOSEPH GARRIGUES

né en 1915 à Rullac Saint-Cirq.

Transcription

Occitan
Français
« Èran lo(g)ats totes dos e lo patron aviá un dròlle jove aquí, qu'aviá cinc o sièis ans, e aquel colhon totjorn anava assubtar lo pastre. E figuratz-vos, èra talament d'acòrdi ambe las fedas, aquel dròlle, qu'èra afrós. Alara lo pastre ambe la sirventa podián pas jamai se trapar ensemble per discutar, pardí…
Alara lo dròlle anèt a l'escòla.
Alara lo pastre ambe la sirventa di(gu)èron :
“Espèra-te que ara serem tranquilles, calrà faire atencion lo jòus e lo diminge, pardí !”
E figuratz-vos, un bon jorn lo dròlle agèt pas escòla. Lo pastre ambe la sirventa lo sabián pas…
Lo dròlle, pardí, lo matin se lèva, desjunava, lo patron arribèt e di(gu)èt a la patrona :
“Mès lo pastre encara es pas vengut despertinar, desjunar ?
– E non…
– A…, li di(gu)èt, li diu avure de fedas en l'amont qu'anhèlan, a(g)acha que…”
Putain ! Lo dròlle daissa tot aquí, cap a l'estable per anar veire lo pastre que fasiá anhelar las fedas : pas degús.
A-n-aquela epòca, lo pastre aviá la cambra dins la jaça de las fedas, aquí a costat.
Amaginatz-vos, entendèt un bruch, un bocin de bruch e avancèt, la pòrta èra entredubèrta. Malerós, de qué te vegèt ? La sirventa estirada sul lièch, lo pastre que relevava las raubas…
E lo dròlle : vite per la pòrta ! Davala, arriba a l'ostal :
“Papà ! Papà ! Vèni vitament que lo pastre es en trenh de far anhelar la sirventa, amai te pòdi dire qu'aqueste còp nos fa un anhèl tot negre ! L'ai vist ieu !” »
Le berger, la bonne et l’enfant
« Ils étaient loués tous les deux et le patron avait un enfant jeune là, qui avait cinq ou six ans, et ce couillon allait toujours poursuivre le berger. Et figurez-vous, il s’entendait tellement bien avec les brebis, cet enfant, que c’était affreux. Alors le berger avec la bonne ne pouvaient jamais se trouver ensemble pour discuter, bien sûr...
Alors l’enfant alla à l’école.
Alors le berger et la bonne dirent :
“Attends, maintenant nous serons tranquilles, il faudra faire attention le jeudi et le dimanche, bien sûr !”
Et figurez-vous, un beau jour l’enfant n’eut pas école. Le berger et la bonne ne le savaient pas...
L’enfant, bien sûr, le matin se lève, il déjeunait, le patron arriva et il dit à la patronne :
“Mais le berger n’est pas encore venu déjeuner ?
– Eh non...
– Ah..., lui dit-il, il doit y avoir des brebis là-haut qui agnellent, fais attention que...”
Putain ! L’enfant laisse tout là, direction l’étable pour aller voir le berger qui faisait agneler les brebis : personne.
À cette époque, le berger avait sa chambre dans la bergerie, là à côté.
Imaginez-vous, il entendit un bruit, un peu de bruit et il avança, la porte était entr’ouverte. Malheureux, que vit-il ? La bonne étirée sur le lit, le berger qui relevait sa robe...
Et l’enfant : vite par la porte ! Il descend, il arrive à la maison :
“Papa ! Papa ! Viens vite parce que le berger est en train de faire agneler la bonne, et je peux même te dire que cette fois elle nous fait un agneau tout noir ! Je l’ai vu moi ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...