Las falsas trèvas

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de La Selve, Rulhac-St-Cirq Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas ou trèves sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt.

Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer. Quelquefois, la fausse trèva est démasquée par un paroissien plus courageux que les autres. Ce récit de l'arroseur arrosé est très répandu. Nous l'avons collecté à de nombreuses reprises en Aveyron. Parfois, la fausse trèva ne survit pas à ses blessures.

Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé. La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l'angélus chassaient les trèvas.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JOSEPH GARRIGUES

né en 1915 à Rullac Saint-Cirq.

Transcription

Occitan
Français
« Quand sabián que i aviá quauqu'un qu'aviá paur qu'anava endacòm, curavan una coja o un blède, i fasián cremar una candela dedins e l'anavan plaçar a un contorn aital, dins un camin pri(g)ond. Quand t'arribavan aquí :
“Putain, disián, i a las trèvas !”
E se sauvavan, anavan far un torn d'un quilòmèstre o mai per tornar a l'ostal. Fuguratz-vos !

N’i aviá que prenián un parelh d’esquilons de las cavalas e, per far veire que i aviá las trèvas, los anavan penjar a una branca pel camin. Quand fasiá vent, lo vent lo brandissiá. E alara, quand lo monde arribavan aquí, qu’entendián aquel esquilon, disián :
“Aquò’s las trèvas !”
E se sauvavan, anavan far lo torn plus luènh, passavan pas aquí !
E los autres, los que i avián metut, demoravan darrèr lo bartàs per escotar. E pièissas, risián. Disián :
“L’avèm fach córrer aquel d’aquí ! I avèm fach far lo torn !”

Aviái un fraire que anava far beure los buòus alà per un sompàs, alà pel codèrc, e alara, figuratz-vos, quand sia(gu)èt alà i agèt la trèva que rebordelava aquí pel talús e volguèt pas anar quèrre los buòus. Se tornèt virar. Alara lo paure pèra li di(gu)èt :
“Mès, menas pas los buòus ?”
Li di(gu)èt :
“Ieu i vau pas que i a la trèva.
– I a la trèva ? A ?, li di(gu)èt, e ben espèra !”
Va cercar una gimbla aval pel lenhièr e li di(gu)èt :
“Tornaràs partir per anar quèrre los buòus, davant ieu.”
Maginatz-vos, la trèva èra amagada dins lo lençòl, vegèt pas montar lo pèra aquí pel darrèr e alara, quand vegèt arribar lo dròlle, lo fraire, tòrna rebordelar… Mès que lo pèra, fliu, flau, li me fot un parelh de còps de lata sul cuol e sabètz que sia(gu)èt lèu desmargada dins lo lençòl !
Li di(gu)èt :
“Tustes pas mai qu'aquò soi ieu !”
Li di(gu)èt :
“E ben te vòli far faire la trèva aquí pels codèrcs, li di(gu)èt, s'as pas mai a faire !”
Aquela femna fasiá la trèva dins lo vilatge mès que n'i aviá bravament qu'avián paur ! S'amusava a far aquò mès que lo nòstre pèra sabiá de qu'èra aquò las trèvas e di(gu)èt :
“Espèra-te que te vau corrijar, tu !”
E sia(gu)èt finit, tornèt pas pus far la trèva dins lo vilatge. »
Les faux revenants
« Quand ils savaient qu’il y avait quelqu’un qui avait peur qui allait quelque part, ils vidaient une citrouille ou une betterave, ils faisaient brûler une chandelle dedans et ils allaient la placer à un virage comme ça, dans un chemin creux. Quand ils arrivaient là :
“Putain, disaient-ils, il y a les revenants !”
Et ils se sauvaient, ils allaient faire un tour d’un kilomètre ou plus pour rentrer à la maison. Figurez-vous !
Certains prenaient une paire de clochettes des juments et, pour faire voir qu’il y avait des fantômes, ils allaient les suspendre à une branche du chemin. Quand le vent soufflait, le vent les secouait. Et alors, quand les gens arrivaient là et qu’ils entendaient cette clochette, ils disaient :
“Ce sont les revenants !”
Et ils se sauvaient, ils allaient faire le tour plus loin, ils ne passaient pas là !
Et les autres, ceux qui les y avaient mises, restaient derrière la haie pour écouter. Et ensuite, ils riaient. Ils disaient :
“Nous l’avons fait courir celui-là ! Nous lui avons fait faire le tour !”
J’avais un frère qui allait faire boire les bœufs là-bas dans une mare, là-bas sur le communal, et alors, figurez-vous, quand il fut là-bas il y eut un revenant qui bondissait sur le talus et il ne voulut pas aller chercher les bœufs. Il fit demi-tour. Alors notre défunt père lui dit :
“Mais, tu n’amènes pas les bœufs ?”
Il lui dit :
“Moi je n’y vais pas car il y a le revenant.
– Il y a le revenant ? Ah ?, lui dit-il, eh bien attends !”
Il va chercher un bâton là-bas dans le bûcher et il lui dit :
“Tu repartiras pour aller chercher les bœufs, devant moi.”
Imaginez-vous, le revenant était caché dans le drap, il ne vit pas monter notre père là derrière et alors, quand il vit arriver le garçon, mon frère, il bondit à nouveau... Mais mon père, fliou, flaou, lui fout une paire de coups de latte sur le cul et vous savez qu’il fut vite délogé du drap !
Elle lui dit :
“Ne frappe plus, c’est moi !”
Il lui dit :
“Eh bien je veux te faire faire le revenant là sur les communaux, lui dit-il, si tu n’as rien d’autre à faire !”
Cette femme faisait le revenant dans le village mais il y en avait beaucoup qui avaient peur ! Elle s’amusait à faire ça mais notre père savait ce que c’était les revenants et il dit :
“Attends, je vais te corriger, toi !”
Et ce fut fini, elle ne refit plus le revenant dans le village. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...