Sòm-sòm…

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de La Salvetat-Peyralès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Sòm-sòm est la berceuse la plus connue en Rouergue.

Henriette ajoute ici au Sòm-sòm traditionnel un couplet de la berceuse écrite par l'abbé Bessou (1845-1918) : Nòstre-Sénher m'a envoiat…

Le grand-père et la grand-mère étaient appelés pepè et memè, pepin et memina, papanon et mamanon, papeta et mameta, papon et mamon… Les termes de pairin et de mairina désignaient également souvent les grands-parents qui étaient aussi parrain et marraine de leurs petits-enfants auxquels ils donnaient leur prénom.

Vidéo

© Amic Bedel - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRIETTE MAZARS

née Vabres en 1927 à Barraban de La Salvetat-Peyralès.

Transcription

Occitan
Français
« Los nenons, los fotián dins un brèç, dins un brèç qu’èra pas long, coma aquò, e metián aquò sus doas cadièiras e aquò se breçava. E alèra los breçavan ambe la man.
E maites aquò èra de brèces qu’èran montats sus pès e breçavan ambe lo pè. E, en mème temps, fialavan per çò que los anciens fialavan. La miá mairina fialava, m’a ensinhada a fialar tanben, sabiái fialar aquí amb un fuse e tot aquò.
E alèra en mème temps trabalhavan e fasián breçar lo brèç e lor cantavan una cançon.
Alèra tanplan lor cantavan… N’i aviá mai d’una mès me'n rapèli pas, ieu. Aquí me rapèli de :

“Sòm-sòm vèni, vèni, vèni,
Sòm-sòm vèni d’endacòm.

Lo nenin vòl pas dormir,
Lo sòm-sòm vòl pas venir.

Sòm-sòm vèni, vèni, vèni,
Sòm-sòm vèni d’endacòm.

Quand lo nenin serà bèl,
Li cromparem un capèl,
Lo prendrem a Vilafranca,
Sus una cavaleta blanca,
Quand lo nenin serà bèl,
Li cromparem un capèl.

Sòm-sòm vèni, vèni, vèni,
Sòm-sòm vèni d’endacòm.”

E caliá que dormi(gu)èsse. Se dormissiá pas, contunhava a bramar… »
Sommeil-sommeil…
« Les enfants, ils les mettaient dans un berceau, dans un berceau qui n’était pas long, comme ceci, et ils mettaient ça sur deux chaises et ça se berçait. Et alors, ils les berçaient avec la main.
Et d'autres avaient des berceaux montés sur pieds et ils berçaient avec le pied. Et, en même temps, ils filaient parce que les anciens filaient... Ma mémé filait, elle m’a appris à filer aussi, je savais filer avec un fuseau, tout ça.
Et alors, en même temps ils travaillaient, ils secouaient le berceau et ils leur chantaient une chanson. Alors aussi bien ils leur chantaient... Il y en avait plusieurs mais je ne m’en rappelle pas, moi. Là je me rappelle de :

“Sommeil-sommeil, viens, viens, viens,
Sommeil-sommeil, viens de quelque part.

L’enfant ne veut pas dormir,
Le sommeil-sommeil ne veut pas venir.

Sommeil-sommeil, viens, viens, viens,
Sommeil-sommeil, viens de quelque part.

Quand l’enfant sera grand,
Nous lui achèterons un chapeau,
Nous le prendrons à Villefranche,
Sur une petite jument blanche,
Quand l’enfant sera grand,
Nous lui achèterons un chapeau.

Sommeil-sommeil, viens, viens, viens,
Sommeil-sommeil, viens de quelque part.”

Et il fallait qu'il dorme. S'il ne dormait pas, il continuait à pleurer… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...