Los remèdis vièlhs

Collecté en 1994 par IOA Sur la Commune de La Salvetat-Peyralès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité. 

Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours.

On avait au jardin les plantes médicinales de première nécessité : lys blanc, menthe, arnica, millepertuis…

En cas de méningite (mal-cuc), il existait un remède barbare consistant à ouvrir un chat ou un pigeon vivant pour le poser la tête du malade. 

Lo blaisan est le bouillon blanc. On s'en servait pour faire des cataplasmes (emplastres) en cas de panaris ou d'abcès.

Ethnotexte

Transcription

Occitan
Français
« Per arrestar lo sang, caliá metre una mèrda de pòrc.
Quand i aviá una meningita, caliá cercar un cat – lo pus vièlh que i agèsse – lo despelar e caliá que sequèsse sul cap. Per las vacas atanben, apelàvem aquò lo mal-cuc.
I aviá una dròlla, aviá dotze ans e pissava al lièt, alara li faguèron còire una taupa, la li faguèron manjar e aquò siaguèt finit.
Lo bolhon blanc, lo blaisan, lo fasián còire ambe de lach e fasián de cataplasmes. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...