Lo malvièlh, las cambas tòrtas e lo mal de còl

Collecté en 1994 par IOA Sur les Communes de La Salvetat-Peyralès, Najac, St-André-de-Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En les christianisant, l’Eglise a pérennisé des croyances anciennes relatives à la protection contre les maladies ou à la guérison. Les populations ont parfois mis spontanément sous la protection de saints thaumaturges des lieux sacrés aux vertus prophylactiques ou curatives.

On disait que les enfants rachitiques avaient lo malvièlh.

Ethnotexte

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...