La vaca destacada, los pòrcs crebats

Collecté en 2000 Sur la Commune de La Salvetat-Peyralès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, mesenièiras, empatufaires, sorcelors ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale.

Il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait également appel au curé.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Henri (Paul) TRANIER

né en 1914 au Vignal de La Salvetat.

Transcription

Occitan
Français
« N'i aviá un aquí, que l'ostal es demolit, l'ai pas cone(g)ut, ieu, mès ai cone(g)uda la femna quand mèmes. La femna mori(gu)èt en 19 apr'aquí o 20.
I cresiá pas a-n-aquelses daquòs.
Aviá una puta de vaca que se destacava cada nèch. Cada nèch… de còp en còp se destacava.
Ço ditz :
“N'ai ajut maitas, t'aurai ben !”
Prenguèt las pinças e, amb un bocin d'eram, estaquèt la clau de la cadena ambe l'anèla.
Sia(gu)èt pas darrèr la vaca que la cadena tombèt, se destaquèt.
“A…, fa(gu)èt, a… aicí aquò's pas çò mème !”
Seriá partit per far dire de messas.
Lo paure pèra i aviá sensat confiença a-n-aquelses daquòs.
Gardava los pòrcs amont al cap d'un prat, un diminge, per las castanhas, e lo tipe li di(gu)èt :
“Di(g)a, ço ditz, cal que me vendas aquelses dos mascles aquí, aquelses dos pòrcs, aquelses dos mascles. Tu ne faràs pas res e ieu ne fariái quicòm.
– A…, li di(gu)èt, per dos mascles que me demòra…”
Tot, aquò èra de mauras, de tessonas, quoi, las caliá far sanar, avián pas de renom per las vendre coma un polit mascle, aquí.
Ço ditz :
“Per dos mascles que ai, los vòli gardar.”
Totes dos li crebèron dins la setmana !
E ço ditz :
“Te'n tampa un coet aquò quand…”
E ço ditz :
“Èran pas malautes ni pas res… E lo tipe me di(gu)èt : Ieu ne farai quicòm, tu ne faràs pas res.”
Et voilà. Fa que èra aquí a se demandar se veritablament i aviá pas quicòm… »
La vache détachée, les cochons crevés
« Il y en avait un là, dont la maison est démolie, je ne l’ai pas connu, moi, mais j’ai connu sa femme quand même. Sa femme mourut en 19 par là ou 20.
Il ne croyait pas à ces choses.
Il avait une satanée vache qui se détachait chaque nuit. Chaque nuit... parfois elle se détachait.
Il dit :
J’en ai eu d’autres, je t’aurai bien !”
Il prit les pinces et, avec un morceau de fil de fer, il attacha la clé de la chaîne avec l’anneau.
Il ne fut pas derrière la vache que la chaîne tomba, elle se détacha.
Ah..., fit-il, ah... ici ce n’est pas pareil !”
Il serait parti pour faire dire des messes.
Mon défunt père y croyait assez, à ces choses.
Il gardait les cochons là-haut au bout d’un pré, un dimanche, dans les châtaignes, et le type lui dit :
“Dis, dit-il, il faut que tu me vendes ces deux mâles là, ces deux cochons, ces deux mâles. Toi tu n’en feras rien et moi j’en ferai quelque chose.
– Ah..., lui dit-il, pour deux mâles qu’il me reste...”
Tout, c’était des truies, des jeunes truies, quoi, il fallait les faire châtrer, elles n’avaient pas de renom pour les vendre comme un joli mâle, là.
Il dit :
Pour deux mâles que j’ai, je veux les garder.”
Tous les deux lui crevèrent dans la semaine !
Et il dit :
Ça t’en bouche un coin ça quand...”
Et il dit :
Ils n’étaient pas malades ni rien... Et le type me dit : Moi j’en ferai quelque chose, toi tu n’en feras rien.”
Et voilà. Ça fait qu’il était là à se demander si véritablement il n’y avait pas quelque chose... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...