L'ase que beguèt la luna

Collecté en 2000 Sur les Communes de La Salvetat-Peyralès, Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Nous avons collecté cette histoire de l'âne qui boit la lune se reflétant dans un seau d'eau auprès de Robert Murat de Najac à propos des Lunagòls et des Najagòls.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Maurice BALSA

né en 1916 au Bibal de La Salvetat-Peyralès, décédé en 2013.

Transcription

Occitan
Français
« A Najac i aviá un comunal… Al cap de Najac, aquí, i a coma una posaca, un comunal. Aquí lo monde i fasián beure lo bestial.
I aviá un vielhòt aquí qu'aviá un ase e los ases, sovent, dientravan per un escalièr. I a doas marchas per davalar. Es vertat aquò. Al luòc de los avure a plen-pè, qu'aquò penja, davalavan doas marchas mès per un ase èra pas embarrasant de davalar, èra entraucat. Per sortir lo fems, caliá que lo metèsson sus una marcha, coma aquò.
Èra en trenh de far beure aquel ase e tombèt que i aviá l'eclipsa. Aquel ase èra en trenh de beure, lo monde lo fintavan, aquí, los vièlhs, tot lo cap del vilatge. Èra en trenh de beure e, cada còp que beviá, òm auriá dich que manjava la luna.
Un se metèt a dire :
“Mès l'ase a beuguda la luna ! De qué a fach ? A manjada la luna !”
L'autre di(gu)èt :
“Pensa-te ! Manjar la luna ! Cap d'ase pòt pas manjar la luna ! La luna manja los ases… Pensa-te !”
E, al cap d'un moment, di(gu)èt :
“Mès que ieu tròbi que n'avança…”
L'ase, un parelh de còps… A la fin ne demorava encara un brave bocin.
Di(gu)èt :
“Me cal veire se ne va avançar…”
Dins dos còps de cais, clac !, la fin de l'eclipsa arribèt, rop !, la luna sia(gu)èt partida.
L'autre li di(gu)èt :
“As reüssit ton còp ! L'aviá pas acabada, la ten tota, ara !”
Alèra di(gu)èron :
“De qu'anem far ? Pas de lum, pas res… I a pas qu'a trapar lo sangnaire e lo despelar de suita… Tornarà sortir.”
Bandan l'ase e lo despèlan. Aquò marchava vite. Quand agèron finit, que totes èran afolats, la luna tornèt se reglar, dins un còp, tac !, la luna tornèt.
Un di(gu)èt :
“Aquel grand pòrc, auriás pogut la cagar dabans de te far crebar ! Ara es crebat…”
E m'avètz comprés que lo vielhòt èra sans ase, mès agèron la luna… »
L’âne qui but la lune
« À Najac il y avait un terrain communal... Au bout de Najac, là, il y a comme une mare, un terrain communal. Là les gens faisaient boire le bétail.
Il y avait un petit vieux qui avait un âne et les ânes, souvent, entraient par un escalier. Il y a deux marches pour descendre. C’est vrai ça. Au lieu de les avoir de plain-pied, parce que ça penche, ils descendaient deux marches mais pour un âne ce n’était pas embarrassant de descendre, c’était plus bas. Pour sortir le fumier, il fallait qu’ils le mettent sur une marche, comme ça.
Il était en train de faire boire cet âne et il se trouva qu’il y avait une éclipse. Cet âne était en train de boire, les gens le regardaient, là, les vieux, tout le bout du village. Il était en train de boire et, chaque fois qu’il buvait, on aurait dit qu’il mangeait la lune.
Quelqu’un se mit à dire :
Mais l’âne a bu la lune ! Qu’a-t-il fait ? Il a mangé la lune !”
L’autre dit :
Crois-tu ! Manger la lune ! Aucun âne ne peut manger la lune ! La lune mange les ânes... Crois-tu !”
Et, au bout d’un moment, il dit :
Mais moi je trouve qu’il en avance...”
L’âne, une paire de fois... À la fin il en restait encore un gros morceau.
Il dit :
Il me faut voir s’il va en avancer...”
En deux coups de mâchoire, clac !, la fin de l’éclipse arriva, roup !, la lune fut partie.
L’autre lui dit :
“Tu as réussi ton coup ! Il ne l’avait pas finie, il la tient toute, maintenant !”
Alors ils dirent :
Qu’allons-nous faire ? Pas de lumière, rien... Il n’y a qu’à trouver le saigneur et le dépouiller tout de suite... Elle ressortira.”
Ils tuent l’âne et ils le dépouillent. Ça allait vite. Quand ils eurent fini, parce que tous étaient affolés, la lune se régla à nouveau, en un coup, tac !, la lune revint.
Quelqu’un dit :
Ce grand cochon, tu aurais pu la chier avant de te faire crever ! Maintenant il est crevé...”
Et vous m’avez compris, le petit vieux était sans âne, mais ils eurent la lune... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...