Fialar la cambe

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de La Salvetat-Peyralès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le linge était en général produit sur place avec la laine des brebis (lana de las fedas), ou avec des fibres végétales : le chanvre (cambi, cambe) et le lin.

Il y avait des ateliers de tisserand (teissedre, teisseire, teissièr) dans presque tous les villages.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCETTE ET JEAN BOUSQUIÉ

née Fournier en 1924 à Blauzac de La Salvetat ; né en 1924 à Margat de La Salvetat.

Transcription

Occitan
Français
« Se semena al mes de mai e, bòn, lo cal daissar venir bèl e, quand met la flor, la cal copar. Alara la copavan, la metián en braçats… Cossí aquò s'apèla ? En faisses. En faisses, metián aquò dedins e pièi après, al mes d'octobre, la metián defòra per un prat, alinhada, dubrissián los faisses e l'alinhavan per qu'aquò se eissa(gu)èsse perque la cambe nais pas aital, i a de bargals.
Las bargas, aquò èra un truc que tustavan coma aquò, aquí, tota la salopariá se'n anava e aquò après demorava. Èra pas encara coma aquò. Alara i aviá de penches en fèr que metiás aquò sus un banc e penchenavas aquò. E après sortissiá aquò. Aquò, bòn…
Lo daissavan coma aquò, lo cal metre après sus la conolha. Alara per lo metre sus la conolha, vesètz çò qu'òm fasiá… Òm fasiá aquò, aquí. N'avètz pro vist aquí, ai pas besonh de ne far mai. Alara metiam aquò aquí coma aquò. Metes ton pal aquí e la tornejas coma aquò al torn del pal e pièi après, tiras sus… De saliva e…
Vira plan lo fuse ?
E pièi après, quand lo fuse èra plen, lo metián sus un escavèl per lo virar, lo fial.
Lo desvidavan après coma aquò, aquí, aquel fial, e aquel d'aquí après lo fasián bolhir ambe de cendres e, sus la pèira, fretavan e tustavan, e a fòrça, après, veniá blanc.
Alara la cambe, fialar sul fuse, la madaissa e pièi après, di(g)a, la tela après.
Aquel fial, après, lo donavan als teisseires per far la tela. Alara la tela, i mesclavan de coton perqu'èra pas tant eissalabre perque sabètz que, quand metián aquelses lençòls al lièch e ben las cuèissas ! Sabètz que èran… Auriatz dich qu'òm jasiá sus de pelons !
La copavan mèmes pas, es pas que copada que d'un costat, es ajustada aquí bòrd a bòrd. Alara après la descopavan e la fasián ambe de… a la man, ambe de fial de cambe. Et voilà.
N'i aviá un dins cada vilatge, dins cada vilatge. Alara avián un mestièr e fasián la tela. Metián lo fial de cambe sus la trama e pièi après l'autre truc èra un fial de coton. E fasián de pèças de tela. Alara, amb aquelas pèças de tela, fasián de lençòls, fasián d'eissu(g)a-mans, fasián de camiás o de camisas, sai pas cossí cal dire, et voilà.
E aquí aquò's las camiás que se fasián un còp èra. I a mèmes pas de ponhets es fach coma aquò, aquí. Se vei pro que lo fial, vesètz, es pas de fial… I aviá pas de fial, aquò èra lo fial retòrç qu'apelavan.
La memè, nautres, fialava bravament, ela, fialava bravament e, amb aquel fial, mème, lo lavavan, lo tenchián per cóser la tela, per cóser las camiás, per cóser los botons de las cauças… Perque, sabètz, podètz i anar ! Ten lo còp ! Peta pas lo fial. Ten, còpa-lo, tu.
– A mès i a pas de… Es solide, i a pas de problèma ! »
Filer le chanvre
« On le sème au mois de mai et, bon, il faut le laisser devenir grand et, quand il fleurit, il faut le couper. Alors ils le coupaient, ils le mettaient en brassée... Comment ça s’appelle ? En fagots. En fagots, ils mettaient ça dedans et puis ensuite, au mois d’octobre, ils le mettaient dehors dans un pré, aligné, ils ouvraient les fagots et ils l’alignaient pour que ça se rouisse parce que le chanvre ne naît pas comme ça, il y a des chènevottes.
Les broies, c’était un truc qu’ils frappaient comme ça, là, toute la saloperie s’en allait et ça ensuite ça restait. Ce n’était pas encore comme ça. Alors il y avait des peignes en fer que tu mettais sur un banc et tu peignais ça. Et ensuite ça sortait ça. Ça, bon...
Ils le laissaient comme ça, il faut le mettre ensuite sur la quenouille. Alors pour le mettre sur la quenouille, vous voyez ce qu’on faisait... On faisait ça, là. Vous en avez assez vu là, je n’ai pas besoin d’en faire plus. Alors nous mettions ça là comme ça. Tu mets ton bâton là et tu entoures comme ça autour du bâton et puis ensuite, tu tires sur.... De la salive et...
Il tourne bien le fuseau ?
Et puis ensuite, quand le fuseau était plein, ils le mettaient sur un écheveau pour le torsader, le fil.
Ils le dévidaient ensuite comme ça, là, ce fil, et celui-là ensuite ils le faisaient bouillir avec des cendres et, sur la pierre, ils frottaient et ils frappaient, et à force, ensuite, il devenait blanc.
Alors le chanvre, filer sur le fuseau, l’écheveau et puis ensuite, dis, la toile après.
Ce fil, ensuite, ils le donnaient aux tisserands pour faire la toile. Alors la toile, ils y mélangeaient du coton parce que ce n’était pas aussi rêche parce que vous savez que, quand ils mettaient ces draps au lit eh bien les cuisses ! Vous savez qu’ils étaient... Vous auriez dit qu’on couchait sur des bogues !
Ils ne la coupaient même pas, elle n’est coupée que d’un côté, elle est ajustée là bord à bord. Alors ensuite ils la découpaient et ils la faisaient avec des... à la main, avec du fil de chanvre. Et voilà.
Il y en avait un dans chaque village, dans chaque village. Alors ils avaient un métier et ils faisaient la toile. Ils mettaient le fil de chanvre sur la trame et puis ensuite l’autre truc c’était un fil de coton. Et ils faisaient des pièces de toile. Alors, avec ces pièces de toile, ils faisaient des draps, ils faisaient des torchons, ils faisaient des chemises.
Et là voilà les chemises qu’on faisait autrefois. Il n’y a même pas de poignet c’est fait comme ça, là. On voit bien que le fil, vous voyez, ce n’est pas du fil... Il n’y avait pas de fil, c’était le fil retors comme ils l’appelaient.
Notre mémé filait beaucoup, elle, elle filait beaucoup et, avec ce fil, même, ils le lavaient, ils le teignaient pour coudre la toile, pour coudre les chemises, pour coudre les boutons des pantalons... Parce que, vous savez, vous pouvez y aller ! Il tient le coup ! Il ne casse pas le fil. Tiens, coupe-le, toi.
– Ah mais il n’y a pas de... Il est solide, il n’y a pas de problème ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...