Cabra de milh

Collecté en 2000 Sur la Commune de La Salvetat-Peyralès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Henriette Mazars tient cette chanson de sa grand-mère.

Le thème de la chèvre ou du bouc refusant de sortir du champ de maïs se retrouve dans de nombreux textes de littérature orale, chansons ou récits énumératifs. Ici, elle tient à la fois des deux genres débutant en récit pour devenir très vite chantée.

La chanson reste ouverte, ce qui permettait naguère d'improviser des couplets supplémentaires dans les veillées ou les noces. (CORDAE)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Henriette MAZARS

née Vabres en 1927 à Barraban de La Salvetat-Peyralès.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp i aviá un òme qu’aviá plantat un camp de milh.
Après ne ven la cabra per i manjar de milh.
“Cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Après ne ven lo can per far partir la cabra.
“Can de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Après ne ven la barra per tuar lo can,
“Barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Après ne ven lo fuòc per cramar la barra,
“Fuòc de barra, barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

[Après ne ven lo fuòc per cramar la barra,
“Fuòc de barra, barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”]

Après ne ven l’ai(g)a per escantir lo fuòc,
“Ai(g)a de fuòc, fuòc de barra, barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Après ne ven lo buòu que voliá beure l’ai(g)a.
“Buòu de l’ai(g)a, ai(g)a de fuòc, fuòc de barra, barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Après ne ven la julha per julhar lo buòu.
“Julha de buòu, buòu de l’ai(g)a, ai(g)a de fuòc, fuòc de barra, barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Après ne ven lo cat que voliá manjar lo rat.
“Cat de rat, rat de julha, julha de buòu, buòu de l’ai(g)a, ai(g)a de fuòc, fuòc de barra, barra de can, can de lop, lop de cabra, cabra de milh, vòls-tu partir de per mon milh !”

Ieu cresi qu'es tot, me rapèli pas al juste… N'ai benlèu passat un tròç. »
Chèvre à maïs
« Une fois il y avait un homme qui avait planté un champ de maïs.
Ensuite vient la chèvre pour y manger du maïs,
Chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Ensuite vient le chien pour faire partir la chèvre,
Chien à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Ensuite vient la barre pour tuer le chien,
“Barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Ensuite vient le feu pour brûler la barre,
Feu à barre, barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

[Ensuite vient le feu pour brûler la barre,
Feu à barre, barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”]

Ensuite vient l’eau pour éteindre le feu,
“Eau à feu, feu à barre, barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Ensuite vient le bœuf qui voulait boire l’eau.
“Bœuf à eau, eau à feu, feu à barre, barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Ensuite vient la longe pour attacher le bœuf.
“Longe à bœuf, bœuf à eau, eau à feu, feu à barre, barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Ensuite vient le chat qui voulait manger le rat.
“Chat à rat, rat à longe, longe à bœuf, bœuf à eau, eau à feu, feu à barre, barre à chien, chien à loup, loup à chèvre, chèvre à maïs, veux-tu partir de mon maïs !”

Je crois que c’est tout, je ne me souviens pas au juste... J’en ai peut-être sauté un morceau. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...