Los mascats

Collecté en 2000 Sur la Commune de La Rouquette Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Fête universelle de l’inversion des rôles, le carnaval ou caramentrant s’est toujours pratiqué en Rouergue.

Les jeunes gens se masquaient et passaient dans les maisons du voisinage.

Pour se masquer on utilisait du charbon de bois, du miel (mèl) et des plumes (plomas), de vieux chiffons avec des orifices pour les yeux, le nez, la bouche…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucette ASTOUL

née en 1943 à La Melle de La Rouquette.

Transcription

Occitan
Français
« Ieu sabi çò que fasián monses fraires ! Se mascavan e passavan dins los ostals e, s'arribavan a pas se far conéisser, èran contents. Mès de còps los coneissián.
Ai de cosins que demoravan pas lènh, aquí, e los coneissián a las mans perque monses fraires avián las mans bèlas, sustot un, e ma cosina o mon cosin, a las mans lo conseissiá.
Metián un debaç negre sul cap e après una camisòla… Se deguisavan, que sia(gu)èsson pas coneguts, de gants quand mème per pas que lor cone(gu)èssen las mans.
Aquò èra tradicionel, monses fraires, cada an, ambe un vesin aquí, partián totes tres. De còps ne prenián quauques copins al passatge e anavan far la bomba.
Una annada, tombèron a cò de ma cosina que fasiá los gratons de rit e se'n fotèron plen la lampa ! »
Les gens déguisés
« Moi je sais ce que faisaient mes frères ! Ils se déguisaient et ils passaient dans les maisons et, s'ils arrivaient à ne pas se faire reconnaître, ils étaient contents. Mais parfois ils les reconnaissaient.
J'ai des cousins qui n'habitaient pas loin, ils les reconnaissaient à leurs mains, parce que mes frères avaient de grandes mains, un surtout, et ma cousine ou mon cousin le reconnaissait à ses mains.
Ils mettaient un bas noir sur la tête et une camisole. Ils se déguisaient pour ne pas être reconnus, avec des gants quand même pour qu'ils ne reconnaissent pas leurs mains.
C'était traditionnel, tous les ans, mes frères, avec un voisin, partaient tous les trois. Parfois ils prenaient quelques copains au passage et ils allaient faire la fête.
Une année, ils arrivèrent chez ma cousine alors qu'elle faisait des fritons de canard et ils s'en mirent plein la panse. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...