Al país de Montmartòu…

Collecté en 1991 Sur la Commune de La Bastide-Solages Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Nous avons recueilli sur ce canton près de dix versions différentes de cette chanson. La plupart mentionnent la ville de Perpignan comme but du voyage du héros et seule la version d’'Henriette Durand, présentée ici, parle de Montmartòu comme dans une version recueillie à Viviers-les-Montagnes, dans le Tarn.

Selon notre informatrice, sa mère aurait transformé le dernier couplet de la chanson.

Pour notre part, nous pensons qu'’il s’'agit là plus probablement d’'une version typique du répertoire féminin.

Dans les versions chantées par les hommes, le héros se brûle non pas lo pòrta-cauças mais las anticalhas ou las perdingalhas, pour ne pas avoir voulu dormir avec la Jeanne. (CORDAE)

Son

HENRIETTE DURAND

née Roussel en 1934 à La Bastide-Solages, décédée en 2018.

Transcription

Occitan
Français
« Al país de Montmartòu, (bis)
Lai ai perdut la meuna Jana,
Ai ai ai, ai ai ai,
Lai ai perdut la meuna Jana.

D’ont l’anarai ieu cercar ? (bis)
Sus la pus nauta montanha,
Ai ai ai, ai ai ai,
Sus la pus nauta montanha.

Iè trapèri un ostalet, (bis)
Lo tet recobèrt de palha,
Ai ai ai, ai ai ai,
Lo tet recobèrt de palha.

I aviá doas femnas dedins, (bis)
Me soetan la venguda,
Ai ai ai, ai ai ai,
Me soetan la venguda.

Una m’invita a sopar, (bis)
E l’autra per la cochada,
Ai ai ai, ai ai ai,
E l’autra per la cochada.

“Per sopar, soparai ben, (bis)
Mès non pas per la cochada,
Ai ai ai, ai ai ai,
Mès non pas per la cochada.

Cocharai al pè del fuòc, (bis)
Dessús un manat de palha,
Ai ai ai, ai ai ai,
Dessús un manat de palha.”

Environ la mièja-nèit, (bis)
Las palhas s’aluquèron,
Ai ai ai, ai ai ai,
Las palhas s’aluquèron.

S’èran pas que las palhas, rai, (bis)
Mès lo paure pòrta-cauças,
Ai ai ai, ai ai ai,
Mès lo paure pòrta-cauças. »
Au pays de Montmartòu« Au pays de Montmartòu, (bis)
J'y ai perdu ma Jeanne,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
J'y ai perdu ma Jeanne.


Où irai-je la chercher ? (bis)
Sur la plus haute montagne,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Sur la plus haute montagne.

J'y trouvai une maisonnette, (bis)
Le toit recouvert de paille,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Le toit recouvert de paille.


Il y avait deux femmes dedans, (bis)
Elles me souhaitent la bienvenue,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,Elles me souhaitent la bienvenue.

L'une m'invite à souper, (bis)
Et l'autre à coucher,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Et l'autre à coucher.


“Pour souper, je souperai bien, (bis)
Mais je ne veux pas coucher,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Mais je ne veux pas coucher.


Je coucherai au pied du feu, (bis)
Sur une poignée de paille,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Sur une poignée de paille.”

Vers le milieu de la nuit, (bis)
Les pailles s'allumèrent,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Les pailles s'allumèrent.

Si ce n'était que les pailles, passe encore, (bis)
Mais le pauvre caleçon,
Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe,
Mais le pauvre caleçon. »
© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...