La vielhòta (extrait)

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de La Bastide-l'Évêque Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson, dont la matrice remonterait au XVIIe siècle, est très répandue dans le domaine occitan où il en existe de nombreuses versions.

Dans certaines de ces versions, la vieille décrit longuement son cheptel.

La précipitation des événements et des rites liés au deuil renforce l'effet comique de la chanson. La neuvaine a normalement lieu neuf jours après les funérailles et lo cap de l'an le jour anniversaire de la mort.

Dans notre montage, Laure Causserand, de Compolibat, chante le début de la chanson, Fernand Segonds, de La Bastide l'Evêque, le milieu, et Paul Cazor, de Rieupeyroux, la fin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FERNAND SEGONDS

né en 1925 à La Bessière de La Bastide-L'Evêque, décédé en 2016.

Transcription

Occitan
Français
« E lo diluns s'enregistrèron, (bis)
E se prenguèron lo dimars,
Dolalim, brom-brom, brandon, la vièlha,
E se prenguèron lo dimars,
Dolalim, brom-brom. »
La petite vieille
« Et le lundi ils s’enregistrèrent,
Et ils se prirent le mardi,
Doulalim, broum-broum, brandoun, la vieille,
Et ils se prirent le mardi,
Doulalim, broum-broum. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...