Rempalhar de cadièiras

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Gramond, Rodez, Saujac, Sauveterre-de-Rouergue, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il y avait toutes sortes de petits métiers sédentaires ou ambulants comme le cordonnier appelé sudre ou pegòt, l’esclopièr (sabotier), lo jotièr (jougtier), lo barricaire (tonnelier), l’estamaire (étameur), l’amolaire, ganha-petit ou agusaire (rémouleur), le tailleur appelé sartre, lo cadièiraire (fabricant de chaises), lo candelaire (fabricant de chandelles), lo matalassièr ou matalassaire (fabricant de matelas), lo pelharòt ou pelhaire (chiffonnier)…

En plus de leur activité de carillonneurs (campanièrs), Antoinia et Charles rempaillaient des chaises (cadièiras).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANTONIA ET CHARLES PLASSANT

née Voûtes en 1926 à Rodez ; né en 1922 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« E rempalhar de cadièiras. Fa(gu)èrem aquò una quinzena d'ans. De qué i a que lo fasèm pas pus ? I a benlèu… Si, i a mai… I a pas tant… I a pas dètz ans que lo fasèm pas. A pus près… Aquò passa vite, lo temps.
E ben anèri aprene a Sauvatèrra a las far e pièi rempalhèri de cadièiras pel monde, d'un costat e de l'autre, enfin o me portavan a l'ostal. Aquò's una femna d'a Vilafranca que nos venguèt aprene. Èrem una trentena qu'anèrem aprene a-n-aquela epòca.
Coma sabiái pas plan cossí me caliá far… Coma aviái los enfants a l'escòla, di(gu)èri :
“Quand mème, cal trabalhar de quicòm mai.”
Mès que aquí, quand mèmes, quand fasiái aquelas cadièiras e ben aquò anèt plan melhor.
Nos metèrem a far de cadièiras, l'aprenguèri el et allez, nos metèrem totes dos. E de còps juscas a mièjanuèch èrem aquí a far… Nos atissàvem talament que parlàvem pas d'anar al lièch…
– La palha, aquò èra de jonquina qu'apelavan. La caliá triar que totjorn èra pas plan pròpra. E sabètz que de còps que i a nos reveniá per mitat, la palha.
– L'anàvem cercar a Saujac, près de Cajarc. L'anàvem quèrre aval, preniam quauqu'un e portàvem cinquanta quilòs al debut e pièi ne portàvem cent quilòs, per dire d'i anar pas tot lo temps, per çò que èra sala, de còps ne caliá tirar bravament, i aviá de dechet.
Mès las cadièiras, voilà, las fasiái mès èra penible ! Pas de far principalament la cadièira…
– Pas tant de far, aquò èra per borrar.
– Caliá borrar, caliá metre de palha dejóst aquí, dedins, aquí aquò èra dur ! Mès o fa(gu)èrem un brave briu quand mèmes…
Voilà, avètz aquí lo trabalh qu'avèm fach nautres. »
Rempailler des chaises
« Et rempailler des chaises. Nous fîmes ça une quinzaine d’années. Depuis combien de temps ne le faisons-nous plus ? Il y a peut-être... Si, il y a plus... Il n’y a pas tant... Il n’y a pas dix ans que nous ne le faisons pas. À peu près... Ça passe vite, le temps.
Eh bien j’allai apprendre à Sauveterre à les faire et ensuite je rempaillai des chaises pour les gens, d’un côté et de l’autre, enfin ils me les apportaient à la maison. C’est une femme de Villefranche qui vint nous apprendre. Nous étions une trentaine qui allâmes apprendre à cette époque.
Comme je ne savais pas bien comment il me fallait faire... Comme j’avais mes enfants à l’école, je dis :
“Quand même, il faut travailler dans autre chose.”
Mais là, quand même, quand je faisais ces chaises eh bien ça alla bien mieux.
Nous nous mîmes à faire des chaises, je lui appris à lui et allez, nous nous y mîmes tous les deux. Et parfois jusqu’à minuit nous étions là à faire... Nous nous acharnions tellement que nous ne parlions pas d’aller au lit...
– La paille, c’était de la jonquina comme ils l’appelaient. Il fallait la trier parce qu’elle n’était pas toujours très propre. Et vous savez que parfois elle nous revenait par moitié, la paille.
– Nous allions la chercher à Saujac, près de Cajarc. Nous allions la chercher là-bas, nous prenions quelqu’un et nous portions cinquante kilos au début et puis nous en portions cent kilos, pour ne pas y aller tout le temps, parce qu’elle était sale, parfois il fallait en enlever beaucoup, il y avait du déchet.
Mais les chaises, voilà, je les faisais mais c’était pénible ! Pas de faire principalement la chaise...
– Pas tant de faire, c’était pour bourrer.
– Il fallait bourrer, il fallait mettre de la paille dessous là, dedans, là c’était dur ça ! Mais nous le fîmes un bon moment quand même...
Voilà, vous avez là le travail que nous avons fait nous. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...