Los trilhons

Collecté en 2000 Sur les Communes de Gramond, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans chaque paroisse, une personne s'occupait de la sonnerie des cloches : lo campanièr (ou sonièr) ou la campanièira si c'était une femme.

En plus des offices, le campanièr devait sonner l'angélus et remplir sa fonction en cas de décès dans la paroisse (glas et enterrement), ainsi que les jours de mariage et de baptême. De plus, dans certaines paroisses, il sonnait également les calendes (trilhons, trelhons) pour annoncer Noël (Nadal).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANTONIA ET CHARLES PLASSANT

née Voûtes en 1926 à Rodez ; né en 1922 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« Los trilhons, aquò èra per marcar que Nadal arribava.
Pendent dotze jorns caliá anar sonar los trilhons al cloquièr. Las caliá téner a la man coma aquò ambe la pedale e, ambe las doas mans, caliá tirar… El fasiá melhor que ieu ! M'enfin sabiái cossí caliá far. E pièi après, a la fin, e ben caliá sonar la volada, ambe lo gròs tocsin,quoi, la gròssa campana, la caliá sonar a la volada. E aquò èra interessent.
Alara començàvem lo 12 de decembre juscas al 23 a ser, e lo 24 aquò èra Nadal, enfin acabàvem pel 24, quoi.
Començàvem per dos, començàvem pas jamai per un, començàvem per dos, juscas al darrièr jorn que ne fasiam 13, 13 trilhons. I demoràvem una ora, de còps una ora e mièja.
– Oui.
– Al cloquièr amont, quand fasiá plan freg, que fasiá de nèu, sia(gu)èri bravament de montar al cloquièr. Aquò me fasiá las cambas mès sabètz que de còps, quand i a un centenat de marchas amont, e ben aquò comença de… L'òm es fatigat, quoi. Enfin bòn, aquò s'es passat bien, tant plan qu'avèm poscut. »
Les carillons
« Les carillons, c’était pour marquer que Noël arrivait.
Pendant douze jours il fallait aller sonner les carillons au clocher. Il fallait les tenir à la main comme ça avec la pédale et, avec les deux mains, il fallait tirer... Lui il faisait mieux que moi ! Mais enfin je savais comment il fallait faire. Et puis, ensuite, à la fin, eh bien il fallait sonner à la volée, avec le gros tocsin, quoi, la grosse cloche, il fallait la sonner à la volée. Et c’était intéressant.
Alors nous commencions le 12 décembre jusqu’au 23 au soir, et le 24 c’était Noël, enfin nous achevions pour le 24, quoi.
Nous commencions par deux, nous ne commencions jamais par un, nous commencions par deux, jusqu’au dernier jour où nous en faisions 13, 13 carillons. Nous y restions une heure, parfois une heure et demie.
– Oui.
– Au clocher là-haut, quand il faisait très froid, qu’il neigeait, j'en avais assez de monter au clocher. Ça me faisait les jambes mais vous savez que parfois, quand il y a une centaine de marches là-haut, eh bien ça commence à... On est fatigué, quoi. Enfin bon, ça s’est bien passé, aussi bien que nous avons pu. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...