La quista del campanièr

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Gramond, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans chaque paroisse, une personne s'occupait de la sonnerie des cloches : lo campanièr ou la campanièira si c'était une femme.

En plus des offices, le campanièr devait sonner l'angélus et remplir sa fonction en cas de décès dans la paroisse (glas et enterrement), ainsi que les jours de mariage et de baptême. Dans certaines paroisses on sonnait également les calendes pour Noël.

Bénévole, il était rémunéré par des dons en nature lors d’une ou de plusieurs quêtes annuelles.

L'électrification des cloches (campanas), dans la seconde moitié du XXe siècle, mit fin à cette charge.

On notera le phénomène linguistique transformant le "r" d'airòl (châtaigne sèche) en "d" : “aidòl”. C'est également le cas pour Riupeirós-Riupeidós.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANTONIA ET CHARLES PLASSANT

née Voûtes en 1926 à Rodez ; né en 1922 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« Cada jorn, lo matins, a miègjorn e lo ser, caliá anar sonar l'angèlus. Aquò èra lo miègjorn… enfin lo matins l'angèlus e nos levàvem de bona ora, a l'epòca, aquò èra pas las oras coma duèi, aquò èra l'ancièna. Aquò èra quatre a mièja, l'estiu. E lo ser sonàvem quand lo jorn èra tombat atanben.
– E los enterraments…
– E pièi i aviá las sepulturas, totes los enterraments que li aviá, e las fèstas. Caliá montar al cloquièr.
Nos pagavan pas de tot sonca que tres còps per an anàvem far una… fasiam la quista. Enfin la quista… Anàvem far la quista dins los ostals. Aquò èra el que las fasiá, partissiá lo matins, enfin tota la paroèssa. Aquò èra pel blat, pels uòus e pels airòls qu'apelavan aquò.
– E pels airòls.
– L'airòl aquò's una castanha que, quand las avètz amassadas, fasián l'airòl. Un còp èra las metián a secar sus un fuòc, a fumar.
– Lo secador.
– Lo secador qu'apelavan. Après, las manjàvetz e èran bonas coma aquò. Alara a l'epòca n'i aviá que balhavan d'airòls mès nautres quand comencèrem, quand prenguèrem las campanas, aquò s'arrestèt. Contunhèron a balhar los uòus e lo blat mès pas d'airòls. Nos balhavan d'argent a la plaça.
Aviam quand mème de volalha e pièi aviam de pòrcs, un parelh de pòrcs, n'aviam pas un tropèl. Enfin la farina… Ah oui ! Si, aquò èra utile. E, los uòus, los vendiam. Los preniam, que n'amassàvem pas mal quand mème, quauquas dotzenas e pièi los balhàvem a un espicièr, e los nos pagavan. Amb aquò d'aquí crompàvem l'espiçariá.
Fa(gu)èrem aquò, sai pas, un certen temps, e pièi après nos metèrem a dire que ara… Voliam pas pus amassar d'uòus e nos balhèron d'argent a la plaça.
– L'òme los copava totes ! Que las pèças, las copavi pas…
– Eh oui, et voilà. Lo temps es passat.
Ouilas prenguèrem en 59 al mes d'abrial, lo prumièr d'abrial, e las sonèrem jusqu'en 1982, non 84, en 84 puslèu. En 84 las metèron electricas. »
La quête du sonneur
« Tous les jours, le matin, à midi et le soir, il fallait aller sonner l’angélus. C’était à midi... enfin le matin l’angélus et nous nous levions de bonne heure, à l’époque, ce n’était pas les heures comme aujourd’hui, c’était l’ancienne. C’était quatre et demi, l’été. Et le soir nous sonnions quand le jour était tombé aussi.
– Et les enterrements...
– Et puis il y avait les sépultures, tous les enterrements qu’il y avait, et les fêtes. Il fallait monter au clocher. Ils ne nous payaient pas du tout mais trois fois par an nous allions faire une... nous faisions la quête. Enfin la quête... Nous allions faire la quête dans les maisons. C’était lui qui les faisait, il partait le matin, enfin toute la paroisse. C’était pour le blé, pour les œufs et pour les châtaignons.
– Et pour les châtaignons.
– Le châtaignon, c’est une châtaigne avec laquelle, quand vous les avez ramassées, ils faisaient le châtaignon. Autrefois, ils les mettaient à sécher sur un feu, à fumer.
– Le séchoir à châtaignes.
– Le séchoir à châtaignes. Ensuite, vous les mangiez et elles étaient bonnes comme ça. Alors à l’époque certains donnaient des châtaignons mais nous quand nous commençâmes, quand nous prîmes les cloches, ça s’arrêta. Ils continuèrent à donner les œufs et le blé mais pas de châtaignons. Ils nous donnaient de l’argent à la place.
Nous avions quand même de la volaille et puis nous avions des cochons, une paire de cochons, nous n’en avions pas beaucoup. Enfin la farine... Ah oui ! Si, c’était utile. Et, les œufs, nous les vendions. Nous les prenions, parce que nous en ramassions pas mal quand même, quelques douzaines et puis nous les donnions à un épicier, et ils nous les payaient. Avec ça nous achetions les produits d’épicerie.
Nous fîmes ça, je ne sais pas, un certain temps, et puis nous nous mîmes à dire que maintenant... Nous ne voulions plus ramasser des œufs et ils nous donnèrent de l’argent à la place.
– Mon mari les cassait tous ! Alors que les pièces, je ne les cassais pas...
– Eh oui, et voilà. Le temps est passé.
Oui nous les prîmes en 59 au mois d’avril, le premier avril, et nous les sonnâmes jusqu’en 1982, non 84, en 84 plutôt. En 84 ils les électrifièrent. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...