Lo pastre

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Graissac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les troupeaux de bovins (vacadas) montaient sur l'Aubrac pour la Saint-Urbain, le 25 mai, et redescendaient le 13 octobre pour la Saint-Géraud (Sant-Guirald).

Les pâturages d'estive sont appelés montanhas.

On fabriquait alors la fourme (forma) d'Aubrac dans les burons (masucs).

La vie des buronniers (montanhièrs), lo cantalés, lo pastre, lo vedelièr et lo rol était rude.

Le nombre de montanhièrs employés dans un masuc dépendait du nombre de vaches à traire. Dans les grandes montanhas, il pouvait y avoir un trascantalés, un traspastre ou pastre de sosta, un trasvedelièr… Le préfixe tras signifie second, assistant, littéralement derrière. Sostar signifie soulager.

La taille de la montanha se définissait d'ailleurs en fonction du nombre de montanhièrs qui y travaillaient. On disait : “Una montanha de cinc òmes.” Calmejana était une montanha de sèt òmes (sept hommes).

Le cantalés et le pastre assuraient la traite des vaches, matin et soir.

L’asegada est le nom du parcours que le pastre faisait suivre aux vaches en journée.

En général, c'était le pastre qui pressait le caillé et qui nettoyait les gèrlas, mais l'étape délicate du salage revenait au cantalés. C'est également le pastre qui soignait les cochons.

Ethnotexte

EMILE LAPORTE

né en 1912 à Paris (75).

Transcription

Occitan
Français
« Ère pastre.
Caliá mólzer las vacas e far la forma.
Lo matin, anàvem al pargue per mólzer. I aviá una vacada de cinquanta, soassanta vacas.
Las esquilàvem per montar e pièissa ne laissàvem doas o tres ambe las esquilas. De còps, lo matin, quand las caliá anar cercar, entendiam les esquilons.
Dins la jornada, caliá far l’asegada. Far l’asegada, aquò èra far lo torn de la montanha ambe la vacada.
Aprèssa, lo seras, quand aviam molz, a cinc oras, las lachàvem per tota la montanha. Caliá pas que se mesclèsson ambe les vedèls.
Aprèssa, i aviá lo trabalh del masuc, netejar las gèrlas e les farrats, far calhar lo lach e cachar. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...