Les concors

Collecté en 2000 Sur les Communes de Graissac, Laguiole Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Autrefois, les foires donnaient un bon aperçu de la qualité des troupeaux.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL MATHIEU

né en 1922 à Bernac de Graissac.

Transcription

Occitan
Français
« Lo monde, aquò èra la sola solucion per nos veire. En plus, i menàvem nòstras bèstias. Aquò èra lo reflet de l'elevatge. Òm vesiá l'ensemble de las bèstias. Que uèi, anam per exemple a un concors mès òm vei doas o tres bèstias e òm vei pas res plus après de l'elevatge. Aquò dona pas la mèma impression ni mai la mèma representacion qu'a-n-aquela epòca. Aquò èra quicòm de formidable. Après, aviam besonh d'argent o n'impòrta, menàvem de bèstias a la fièira, tornàvem ambe nòstre argent a la pòcha. Al luòc que uèi avèm un chèque, avèm una trèta, aquò's pas plus capa de comparason. »
Les concours
« Les gens, c’était la seule solution pour nous voir. En plus, nous y conduisions nos bêtes. C’était le reflet de l’élevage. On voyait l’ensemble des bêtes. Alors qu’aujourd’hui, nous allons par exemple à un concours, mais on ne voit que deux ou trois bêtes et on ne voit rien d’autre ensuite de l’élevage. Ça ne donne pas la même impression ni la même représentation qu’à cette époque. C’était quelque chose de formidable. Ensuite, nous avions besoin d’argent ou n’importe, nous conduisions des bêtes à la foire, nous revenions avec notre argent à la poche. Alors qu’aujourd’hui nous avons un chèque, nous avons une traite, ce n’est pas du tout comparable. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...