La raça aubrac

Collecté en 2000 Sur les Communes de Graissac, Laguiole Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La race d’Aubrac a évolué. Pour les anciens, elle était autrefois plus rustique, avec une robe grise, borra de lèbre ou borra de tais, des yeux très entourés de noir, des cornes bien ouvertes et un lait très crémeux avec lequel on faisait la fourme d'Aubrac.

Notre informateur est assez pessimiste quant au devenir de cette race.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL MATHIEU

né en 1922 à Bernac de Graissac.

Transcription

Occitan
Français
« E ben aquò's un afaire qu'èra completament perdut, la raça d'Aubrac. Òm vei d'aquelas bèstias qu'an d'aplombs tot a fèt demolits, les onglons que possan l'un sus l'altre, aquelas banas que, se caliá metre un jo, seriá impossible.
A ben an volgut ameliorar un bocin per ganhar un bocin pel pes mès avèm perdut pel lach, avèm perdut sus la longevitat, vòlon pas plus vielhir, aquela bèstias, triman per vedelar que poiràn pas lèu plus vedelar sonca ambe de cesariènas. E lo caractari es pas plus lo mème. Aquò's de bèstias vivas, agras. La raça d'Aubrac èra bien viva mès trèsintelliginta. Òm ne fasiá çò que l'òm voliá. Quand dressàvem aquelses buòus o aquelas vacas, dins un pas res de temps aquò èra dònde. Aquò se laissava menar, aquò. Uèi, aquò's ven impossible. Las laissas… Son francas uèi un bocin e lo lendaman, se las caressatz, lo lendaman o an tot oblidat. Aquò's pas plus las mèmas bèstias qu'aviam a-n-aquela epòca. Es domatge qu'agen laissat demolir la raça d'Aubrac d'a-n-aquela manièira.
La raça que nos avián laissat los ancètres… Nos aviá laissada una fortuna. Uèi, dins vint ans de uèi, de qu'aurem per bailar a las futuras generacions ? Actuelament, demandèm a-n-aquela paura raça d'Aubrac de far çò que pòt pas far, c'est-à-dire de culards, de culardas. Mès onte vam ? Onte vam amb aquò d'aquí ? Aquò's reelament una veritabla desorentacion. E es pas que malerós que les paures joves agen pas coneguda l'ancièna raça.
La vièlha raça aviá lo morre blanc, maruèlhas o n'impòrta. Aquela raça, aquò data de onze cents e quicòm apr'aquí. Aicí, la region, aquò èra pas que un grand bòsc, una forêt.I aviá quatre mila ectaras de forêt.Alara Adalard, un grand vicòmte flamand, sia(gu)èt prés a-z-Aubrac. Èra a-z-Aubrac, seguiá lo camin de Sent-Jacques de Compostèla e sia(gu)èt arrestat pels brigands. Lo laissèron coma mòrt e fa(gu)èt lo vòt que, se se'n tirava, fariá un monastèri,quoi.Alara en 1125 fa(gu)èt construire aquel monastèri. I metèt de moènas. Aquelses moènas defrichèron totes aquelses bòsces, recuperèron les auròchs que i aviá dins aquelses bòsces e les dressèron, les domestiquèron. E aquò's les ascendents de la raça d'Aubrac. Amai d'après las fòtòs, òm vei qu'aquò's tot a fèt, aquò coïncida tot a fèt.
E dempuèi, malurosament, ara an volgut anar cercar dins la Luna aquò qu'aviam sus Tèrra. Alara un a volgut assajar ambe de crosaments per far de vianda, per far l'un, per far l'altre e sèm… avèm demolida completament aquela paura raça, completament. Per voire anar tròp vite. Alara sèm arribats a un moment que las bèstias, per exemple, a uèch meses, s'an un pauc de crosament, an la valor d'un parelh de meses de mai. Borrets o borretas, i a sièis meses d'escart. E, a tres ans, aquò torna presque a s'equilibrar. E après, a cinc o sièis ans, las aubracs vielhisson, las autras vòlon pas plus vielhir. I a pas plus degús. »
La race d'Aubrac
« Eh bien, c’est une chose qui était complètement perdue, la race d'Aubrac. On voit de ces bêtes qui ont des aplombs tout à fait démolis, les onglons qui poussent l’un sur l’autre, ces cornes, s’il fallait mettre un joug, ce serait impossible.
Eh bien, ils ont voulu améliorer un peu pour gagner un peu sur le poids, mais nous avons perdu sur le lait, nous avons perdu sur la longévité, elles ne vieillissent plus, ces bêtes, elles triment pour vêler, bientôt elles ne pourront plus vêler qu’avec des césariennes. Et le caractère n’est plus le même. Ce sont des bêtes vives, revêches. La race d'Aubrac était bien vive, mais très intelligente. On en faisait ce qu’on voulait. Quand nous dressions ces bœufs ou ces vaches, en un rien de temps ils étaient dressés. Ça se laissait mener, ça. Aujourd’hui, ça devient impossible. Tu les laisses... Elles sont franches aujourd’hui un peu et le lendemain, si vous les caressez, le lendemain elles ont tout oublié. Ce ne sont plus les mêmes bêtes que nous avions à cette époque. C’est dommage qu’ils aient ainsi laissé perdre la race d'Aubrac.
La race que nous avaient laissé les ancêtres... Ils nous avaient laissé une fortune. Aujourd’hui, d’ici vingt ans, qu’aurons-nous à donner aux futures générations ? Actuellement, nous demandons à cette pauvre race d'Aubrac de faire ce qu’elle ne peut pas faire, c’est-à-dire des culards, des culardes. Mais où allons-nous ? Où allons-nous avec ça ? C’est réellement une véritable désorientation. Et il est malheureux que les jeunes n’aient pas connu l’ancienne race.
La vieille race avait le museau blanc, foncées ou pas. Cette race, ça date de onze cents et quelque chose, par là. Ici, la région, ce n’était qu’un grand bois, une forêt. Il y avait quatre mille hectares de forêt. Alors, Adalard, un grand vicomte flamand, a été pris à Aubrac. Il était à Aubrac, il suivait le chemin de Saint-Jacques de Compostelle et il a été arrêté par des brigands. Ils l’ont laissé comme mort et il a fait le vœu que, s’il s’en tirait, il ferait un monastère, quoi. Alors, en 1125 il a fait construire ce monastère. Il y a mis des moines. Ces moines ont défriché tous ces bois, ils ont récupéré les aurochs qu’il y avait dans ces bois et ils les ont dressés, ils les ont domestiqués. Et ce sont les ascendants de la race d'Aubrac. Et même d’après les photos, on voit que c’est tout à fait, ça coïncide tout à fait.
Et depuis, malheureusement, maintenant, ils ont voulu aller chercher dans la Lune ce que nous avions sur Terre. Alors, l’un a voulu essayer des croisements pour faire de la viande, pour faire l’un, pour faire l’autre et nous sommes... nous avons démoli complètement cette pauvre race, complètement. En voulant aller trop vite. Alors, nous sommes arrivés à un moment où les bêtes, par exemple, à huit mois, si elles sont un peu croisées, elles ont la valeur d’une paire de mois de plus. Bourrets ou bourrettes, il y a six mois d’écart. Et, à trois ans, ça se rééquilibre presque. Et ensuite, à cinq ou six ans, les aubracs vieillissent, les autres ne veulent plus vieillir. Il n’y a plus personne. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...