La pacha

Collecté en 2000 Sur les Communes de Graissac, Laguiole Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La pacha (prononcer patche) est l'accord oral conclu entre deux personnes scellant leur entente par une frappe dans la main.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL MATHIEU

né en 1922 à Bernac de Graissac.

Transcription

Occitan
Français
« A pè, tot lo temps, ambe las bèstias. A l'epòca, i aviá pas res plus. Coma las gròssas fièiras, per exemple lo 23 de setembre, atacàvem a mièjanuèch, una ora del matin, per avure la plaça, per estacar nòstras bèstias, dabans que lo fièirau sia(gu)èsse tròp plen, quoi.Parce que i aviá de catòrze cents a quinze cents bèstias, au moins. Au moins.E aquò èra archi-comble.
Caliá discutar. Cadun discutava son prètz. Mès, a-n-aquela epòca, aviam pas de numèros ni mai res, mès cadun coneissiam nòstras bèstias e las aviam estimadas. Tala bèstia pesa tant, vau tant per la mòrt, per la vianda, vau tant per la garda. E alara vendiam per çò que trobàvem mès lo mai… Per l'afaire que nos interessava lo mai. I aviá plusieurs catégoriesde bèstias. I aviá las bèstias de mòrt e las bèstias de garda.
Quand la pacha èra facha, nos tocàvem la man. Mès aquí aquò èra pas qu'a la fin. Al debut, caliá discutar. Cadun ni demandava lo mai possible e les merchands ni donavan lo mens possible. Alara, pichon a pichon, quand arribavan a se… Après, caliá èstre se(g)ur de çò que l'òm demandava, quoi. »
L'accord
« À pied, tout le temps, avec les bêtes. À l’époque, il n’y avait rien d’autre. Pour les grosses foires, par exemple le 23 septembre, nous attaquions à minuit, une heure du matin, pour avoir la place, pour attacher nos bêtes, avant que le foirail ne soit trop plein, quoi. Parce qu’il y avait de quatorze cents à quinze cents bêtes, au moins. Au moins. Et c’était archi-comble.
Il fallait discuter. Chacun discutait son prix. Mais, à cette époque, nous n’avions pas de numéros ni rien, mais, chacun, nous connaissions nos bêtes et nous les avions estimées. Telle bête pèse tant, elle vaut tant pour la boucherie, pour la viande, elle vaut tant pour la garde. Et alors nous vendions pour ce que nous trouvions mais le plus... Pour l’affaire qui nous intéressait le plus. Il y avait plusieurs catégories de bêtes. Il y avait les bêtes de boucherie et les bêtes de garde.
Quand l’accord était conclu, nous nous frappions la main. Mais ici ce n’était rien qu’à la fin. Au début, il fallait discuter. Chacun en demandait le plus possible et les marchands en donnaient le moins possible. Alors, petit à petit, quand ils arrivaient à se... Ensuite, il fallait être sûr de ce qu’on demandait, quoi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...