Lo conte del lop palat

Collecté en 2000 Sur les Communes de Goutrens, St-Christophe-Vallon Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les veillées au coin du feu (al canton) permettaient de se retrouver en famille, souvent avec des voisins, de se divertir avec des chants, des contes, des jeux et des danses, tout en effectuant de petits travaux.

Ces velhadas contribuaient au maintien de la tradition orale dans les familles.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIA BEDOS

née Noyé en 1929 à Glassac de Goutrens, décédée en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra del temps ont las bèstias parlavan.
Un lop que s'èra aprochat d'un ostal, probablament per atapar una feda, li vogèron d'ai(g)a bolhenta dessús e se'n anèt, pardí, en brament. Pièissas, reüssi(gu)èt a guerir e pièissas tornèt…
Avián apetit, aquò èra certenament en ivèrn, benlèu l'ivèrn d'après, e s'amenèron mai d'un, tres o quatre lops. Volián assajar de… Sai pas se aquò èra lo mème ostal… Volián totjorn dintrar… E caliá que passèsson per quicòm qu'èra naut. Alèra montavan un sus l'autre per assajar d'i arribar. Fasián…
Lo lop qu'èra desrufat l'apelavan lo Palat, èra lo pus bas.
Li disián :
“Confla-te, lo Palat, que li arribarem lèu !”
Mès se conflèt talament, lo lop palat, que n'esclatèt e ne crebèt. E tot aquò tombèt.

Aquò's la memè, la miá memè, que z'o me disiá. La miá memè, quand èrem pichons, nos gardava sovent ambe d'istoèras coma aquò. Ela atanben fasiá las images ambe los dets per la paret. Qué volètz ? Èrem un tropèl de nènes. Quand nos gardava èrem cinc e caliá ben, aquela annada qu'aviam pas de lum, caliá ben ocupar los enfants. E aquò èra coma aquò ambe d'istoèras, que l'òm passava las velhadas. »
Le conte du loup pelé
« C’était du temps où les bêtes parlaient.
Un loup qui s’était approché d’une maison, probablement pour attraper une brebis, ils lui versèrent de l’eau bouillante dessus et il s’en alla, bien sûr, en hurlant. Puis, il réussit à guérir et ensuite il revint...
Ils avaient faim, c’était certainement en hiver, peut-être l’hiver suivant, et ils s’amenèrent à plusieurs, trois ou quatre loups. Ils voulaient essayer de... Je ne sais pas si c’était la même maison... Ils voulaient toujours entrer... Et il fallait qu’ils passent par quelque chose qui était haut. Alors ils montaient l’un sur l’autre pour essayer d’y arriver. Ils faisaient...
Le loup qui était râpé, ils l’appelaient le Pelé, il était le plus bas.
Ils lui disaient :
“Gonfle-toi, le Pelé, car nous y arriverons bientôt !”
Mais il se gonfla tellement, le loup pelé, qu’il en éclata et il en creva. Et tout ça tomba.

C’est la mémé, ma mémé, qui me le disait. Ma mémé, quand nous étions petits, nous gardait souvent avec des histoires comme ça. Elle aussi elle faisait les images avec les doigts sur le mur. Que voulez-vous ? Nous étions une bande d’enfants. Quand elle nous gardait nous étions cinq et il fallait bien, cette année où nous n’avions pas de lumière, il fallait bien occuper les enfants. Et c’était comme ça avec des histoires, qu’on passait les veillées. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...