J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer. Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé.

La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l'angélus chassaient les trèvas.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Maria et Damien BEDOS

née Noyé en 1929 à Glassac de Goutrens, décédée en 2015 ; né en 1926 aux Trémolèdes de Saint-Christophe, décédé en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá sustot de causas pels caminses. N'i aviá un, un còp, aviá trobat una caissa, un cercueil, alèra aquela caissa parlava. I aviá quatre candelas, a cada angle de la bièra, e alèra aquò fasiá paur al monde, pardí. Un bon còp, n'i agèt un qu'aviá begut un còp de mai a alèra prenguèt sas fòrças a l'endabans e li di(gu)èt :
“Sòrs-me d'aquela caissa o te fote un còp d'acha !”
I demorèt un moment e l'autre sorti(gu)èt, aquò èra un vicari qu'èra aquí dins aquela caissa per far paur al monde. Bon, la suita, sai pas se la devinhatz…
– Li aviá…
– Vas-y.
– L'istoèra de monde que fa(gu)èron venir lo curat un jorn per çò que totas las… Cada ser, cada ser, entendián quicòm al plancat que fasiá : “Rrròu, rrròu, rrròu…” E aquò èra cada ser qu'aquò se passava. Alèra di(gu)èron al curat :
“Sabèm pas, sai que li a una trèva al plancat, cal que venguètz benesir, o aquò èra lo Diable, lo far partir, venètz lo benesir !”
Lo curat prenguèt d'ai(g)a benesida, montèt al plancat, de qué trobèt al plancat ? Una pola que coava. Per çò que l'òm fasiá coar las polas al plancat. Alèra la pola bolegava los uòus e los uòus fasián : “Rrròu, rrròu, rrròu…”
– Lo niu èra plen de nièiras.
– E lo monde avián paur de la trèva.
Aquò èra pas grand causa, las trèvas autres còps…
O avèm entendut racontar mès aquò èra posible per çò que, las polas, quand òm las metiá al plancat, avián de pius. Ara n'i a pas pus de pius sus las bèstias. Autres còps n'avián e se graumissavan. Aquò fa que fasián de bruch en se graumissent e los uòus rodavan. Ieu la vòle creire, aquela d'aquí. Aquò èra pas…
Mès n'i a cent ans en arrèr, lo monde avián paur. Pensavan pas a… Avián paur dabans de reflechir a de que podiá èstre. N'i aviá ben que comprenián, quand mèmes…
– Probablament. »
Les revenants
« Il y avait surtout des choses sur les chemins. Il y en avait un, une fois, il avait trouvé un cercueil, alors ce cercueil parlait. Il y avait quatre chandelles, à chaque angle de la bière, et alors ça faisait peur aux gens, bien sûr. Une fois, il y en eut un qui avait bu un coup de plus et alors il prit ses forces à l’avant et il lui dit :
“Sors de ce cercueil ou je te fous un coup de hache !”
Il y resta un moment et l’autre sortit, c’était un vicaire qui était là dans ce cercueil pour faire peur aux gens. Bon, la suite, je ne sais pas si vous la devinez...
– Il y avait...
– Vas-y.
– L’histoire de gens qui firent venir le curé un jour parce que toutes les... Chaque soir, chaque soir, ils entendaient quelque chose au grenier qui faisait : “Rrroou, rrroou, rrroou...” Et c’était chaque soir que ça se passait. Alors ils dirent au curé :
“Nous ne savons pas, il y a sans doute un revenant au grenier, il faut que vous veniez bénir, ou c’était le Diable, le faire partir, venez le bénir !”
Le curé prit de l’eau bénite, il monta au grenier, que trouva-t-il au grenier ? Une poule qui couvait. Parce qu’on faisait couver les poules au grenier. Alors la poule bougeait les œufs et les œufs faisaient : “Rrroou, rrroou, rrroou...”
– Le nid était plein de puces.
– Et les gens avaient peur du revenant.
Ce n’était pas grand-chose, les revenants autrefois...
Nous l’avons entendu raconter mais c’était possible parce que, les poules, quand on les mettait au grenier, elles avaient des poux. Maintenant il n’y a plus de poux sur les bêtes. Autrefois elles en avaient et elles s’ébrouaient. Ça fait qu’elles faisaient du bruit en s’ébrouant et les œufs roulaient. Moi je veux la croire, celle-là. Ce n’était pas...
Mais il y a cent ans en arrière, les gens avaient peur. Ils ne pensaient pas à... Ils avaient peur avant de réfléchir à ce que ça pouvait être. Il y en avait bien qui comprenaient, quand même...
– Probablement. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...