Farrebique, Biquefarre

Collecté en 2010 Sur les Communes de Goutrens, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

"Farrebique" est un film tourné par Georges Rouquier en 1946 et sorti en 1947. La suite, sortie en 1984, porte le titre de "Biquefarre".

L'histoire est celle d'une famille de paysans, au fil des quatre saisons, au moment de la mutation du monde paysan.

Retour sur cette œuvre avec Jean-Jacques Rebuffat, assistant du réalisateur Georges Rouquier, et Yves Garric.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Transcription

Occitan
Français
« Se los anciens tornavan, que vegèsson los bastiments e que las vacas poguèsson pas pàisser pel prat, e ben i auriá tapatge. Los anciens, aquò's aital…

Mon paure pepè, me'n rapèle bien parce que s'ocupava de las fedas, o dels motons se volètz, las fedas, n'aviá una trentena apr'aquí e vendiá quauques anhèls, aquò èra son pòrta-fulha parce que, la retreta a l'epòca èra minabla, i aviá presque res. S'èra fach un bocin de canhòta ambe los anhèls e me disiá :
“Tu, Raimondon…”
Vesètz, m'ensenhava.
“Los te cal tocar sus l'esquina, suls rens, qu'ajan un polit ren, aquí. Aquò vòl dire que son prèstes a vendre.”
Caliá que fa(gu)èsson trenta-cinc, quaranta quilòs. Et voilà, aquò fasiá un bocin d'argent, aquò. Me rapèle pas quant se vendián, pas talament pardí, mès quand mème, aquò fasiá quicòm de quite. Aquò costava pas gaire et voilà.
Ieu me rapèle de tot, lo film de “Farrabica”, de totas las seanças que se son passadas, a part quand èrem a l'escòla pardí… Que filmavan l'ostal, aquí, los papès e las mamès èran jols projecturs, de còps passavan las nuèches entièiras. Fa que aquò èra pas un cadòt per elses… Voldriái pas èstre a lor plaça. Mès, nautres, aquò èra la rigolada, fasiam aquò coma un divertissament. Èrem contents, de còps mancàvem l'escòla.
Et voilà.
E pièi, quand nos tornèrem veire :
“A ! Mès es pas possible ! Mès èrem ben dròles ! Èrem ben coma aquò ?”
Et voilà.
Aquò nos fasiá dròle de nos tornar veire.
Georges Rouquier venguèt lo temps del film, una bona annada per lo film, pièi aviá son trabalh. Aviá maites films dins lo cap. Parti(gu)èt al Canadà e tot. Lo vegèrem pas d'un brave moment pièi tornèt pus tard per far “Bicafarra”. Aquò li passèt pel cap de ne far un segond.
Ambe mon paire, èran plan copins, pardí. Èran cosins, alèra… Se carrava a la campanha.
Èran quatre pardí per far la borrèia. A ! Sabètz qu'aquelses anciens la fasián petar ! E la botelha al mièg ! O, cossí aquò èra ? Tornejavan al torn de la botelha e la tombavan pas ! Lo fasián petar, lo talon ! E aquò èra de païsans. N'i aviá un que èra maridat pièi i aviá dos tontons, aquí. Mès bòn, aquò se passava bien.
Lo que canta s'apelava Moisset. Èra nascut a Tira-Cabra, del costat de Barracavila, Tira-Cabra, Moisset.
Besega, aquò èra un tonton e n'i aviá un autre que l'apelavan lo Joanet, lo pichonèl aquí, Joanet. I aviá aquel Moisset, lo Paul Moisset, lo Joanet, son nom sai pas, aquò èra Joanet que l'apelavan, l'Augusta de Besega e lo quatrième, qu'èra aquel ? Me rapèle pas… »
Farrebique, Biquefarre
« Si les anciens revenaient, qu’ils voyaient les bâtiments et que les vaches ne peuvent pas paître dans le pré, eh bien il y aurait du tapage. Les anciens, c’est comme ça...

Mon défunt pépé, je m’en souviens bien parce qu’il s’occupait des brebis, ou des moutons si vous voulez, les brebis, il en avait une trentaine par là et il vendait quelques agneaux, c’était son portefeuille parce que, la retraite à l’époque était minable, il n’y avait presque rien. Il s’était fait une petite cagnotte avec les agneaux et il me disait :
“Toi, Raymondou...”
Vous voyez, il m’apprenait.
“Il te faut les toucher sur le dos, sur les reins, qu’ils aient un joli rein, là. Ça veut dire qu’ils sont prêts à vendre.”
Il fallait qu’ils fassent trente-cinq, quarante kilos. Et voilà, ça faisait un peu d’argent, ça. Je ne me souviens pas combien ils se vendaient, pas tellement bien sûr, mais quand même, ça faisait quelque chose de net. Ça ne coûtait pas beaucoup et voilà.
Je me souviens de tout, le film de “Farrebique”, de toutes les séances qui se sont passées, sauf quand nous étions à l’école bien sûr... Ils filmaient la maison, là, les pépés et les mémés étaient sous les projecteurs, parfois ils passaient des nuits entières. Ce n’était pas un cadeau pour eux... Je ne voudrais pas être à leur place. Mais, nous, c’était la rigolade, nous faisions ça comme un divertissement. Nous étions contents, parfois nous manquions l’école.
Et voilà.
Et puis, quand nous nous revîmes :
“Ah ! Mais ce n’est pas possible ! Mais nous étions bien drôles ! Nous étions bien comme ça ?”
Et voilà.
Ça nous faisait drôle de nous revoir.
Georges Rouquier vint le temps du film, une bonne année pour le film, puis il avait son travail. Il avait d’autres films dans la tête. Il partit au Canada et tout. Nous ne le vîmes pas d’un bon moment puis il revint plus tard pour faire “Biquefarre”. Ça lui passa par la tête d’en faire un second.
Avec mon père ils étaient très copains, bien sûr. Ils étaient cousins, alors... Il se plaisait à la campagne.
Ils étaient quatre bien sûr pour faire la bourrée. Ah ! Vous savez que ces anciens la faisaient péter ! Et la bouteille au milieu ! Ou, comment était-ce ? Ils tournaient autour de la bouteille et ils ne la faisaient pas tomber ! Ils faisaient claquer le talon ! Et c’était des paysans. Il y en avait un qui était marié puis il y avait deux tontons, là. Mais bon, ça se passait bien.
Celui qui chante s’appelle Mouysset. Il était né à Tirecabre, du côté de Baraqueville, Tirecabre, Mouysset.
Bésègue, c’était un tonton et il y en avait un autre qu’ils appelaient le Jouanet, le petit là, Jouanet. Il y avait ce Mouysset, Paul Mouysset, le Jouanet, son nom je ne sais pas, c’était Jouanet qu’ils l’appelaient, Auguste Bésègue et le quatrième, qui était-ce ? Je ne me souviens pas... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...