La capeleta del dòl

Collecté en 1997 Sur les Communes de Golinhac, Le Nayrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les légendes relatives à la construction de chapelles sont relativement nombreuses en Rouergue. Eugène nous donne la légende issue de la tradition orale de Golinhac, puis celle d'Estaing.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Eugène CATUSSE

né en 1920 au Solelhatge de Golinhac, décédé en 2008.

Transcription

Occitan
Français
« Parlan d’una pastra qu’èra a Monta(g)ut, aicí, qu’anava gardar los pòrcs dins los bòsces. Alara i aviá… Presume… Aquò’s lo senhor d’a Fraissinet, amont, d’al Nairac, benlèu sabètz end aquò’s, que la veniá veire. E n’i aviá un altre d’a La Guisardiá que la voliá venir veire. Lo d’aicí o aviá comòde mès que, l’altre, caliá que traversèsse lo Lòt.
Alara i aviá un passatge. I aviá un batèu, aval. Mas que lo batèu marchava pas que sus un cable. I aviá de roletas, de polilhes, e marchava sul cable. Alara, ai entendut dire, ieu que lo batèu èra d’al còmte d’a L’Orador. Ieu ai entendut dire que aquò’s en traversent lo Lòt que, lo que èra de deçai rompèt lo cable e l’altre se ne(gu)èt.
Ara, a Estanh, vos contaràn que aquò èra un cavalièr que veniá… D’a La Guisardiá veniá un cavalièr, amb un chaval, e l’altre l’esperava sul Pònt Trincat. Mès ai jamai sachut end èra aquel Pònt Trincat. E quand passèt sul Pònt Trincat, lo fa(gu)èt escabelar dins lo Lòt e lo tornèron repescar, lo ne(g)at, lo tornèron repescar exactament de l’end an facha la capeleta. E aquò’s per aquò que apèlan aquò “la capeleta del dòl”. E alara lo senhor apièi agèt de remòrds e, per penitença, fa(gu)èt aquela capeleta pel mòrt. Alara aquò’s dempièi qu’apèlan aquò “la capeleta del dòl”. »
La chapelle du deuil
« On parle d’une bergère qui était à Montégut, ici, qui allait garder les porcs dans les bois. Alors il y avait... Je suppose... C’est le seigneur de Freyssinet, là-haut, du Nayrac, peut-être savez-vous où c’est, qui venait la voir. Et il y en avait un autre de La Guizardie qui voulait venir la voir. C’était facile pour celui d’ici alors que l’autre devait traverser le Lot.
Il y avait un passage. Il y avait un bateau, là-bas. Mais le bateau fonctionnait avec un câble. Il y avait des roulettes, des poulies, et il fonctionnait avec un câble. Alors, j’ai entendu dire, moi, que le bateau était au comte de L’Ouradou. J’ai entendu dire que c’est en traversant le Lot que, celui qui était de ce côté coupa le câble et l’autre se noya.
À Estaing, ils vous raconteront que c’était un cavalier qui venait... De La Guizardie venait un cavalier, avec un cheval, et l’autre l’attendait sur le Pont Trencat. Mais je n’ai jamais su où était ce Pont Trencat. Et quand il passa sur le Pont Trencat, il le fit rouler dans le Lot et on repêcha le noyé exactement là où ils ont fait la chapelle. Et c’est pour cette raison qu’on l’appelle “la chapelle du deuilˮ. Le seigneur eut ensuite des remords et, pour sa pénitence, il fit cette chapelle pour le mort. Alors c’est depuis qu’on l’appelle “la chapelle du deuilˮ. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...