L'abat Puòg

Collecté en 2000 Sur les Communes de Gissac, Mounes-Prohencoux, St-Affrique Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

De 1790 au Concordat de 1801 (Napoléon), les prêtres sont amenés à prêter serment à la Constitution civile du clergé. Ils sont alors appelés prêtres jureurs ou assermentés, par opposition aux prêtres insermentés ou réfractaires. Les prêtres jureurs étaient rejetés par la population. On les qualifiait d’intrus.

En Rouergue, près de 700 prêtres réfractaires furent mis en réclusion à Rodez. Environ 500 d’entre eux seront déportés. Quelques-uns furent guillotinés.

Beaucoup de prêtres réfractaires ont échappé à la déportation avec le soutien de la population, se cachant dans les bois en cas d’alerte et y célébrant parfois le culte, d’où leur surnom occitan de bartassièrs.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HUBERT MAILLÉ

né en 1928 au Mas-Viel de Mounès-Prohencoux.

Transcription

Occitan
Français
« Tota la vida, aquela crotz es estada aquí. Èra lo curat refractari que èra vicari a Murat a l’epòca, a Murat e a Barre. Alara se camoflava d’una bòria a l’autra, d’un endrech a l’autre : s’èra vengut retirar a Proencós e al Destelhs, aval. Alara veniá dire la messa dins un ostal aicí, a Sant-Vincens, de temps en temps, quand podiá, perque veniá pas tot lo temps.
En 1794, al debut de l’annada, li aviá la fèsta de Sant-Vincens que, en general, tòmba lo 22. Alara, aquò depend, de còps que i a, la rapòrta al dimenge d’après o al dimenge d'abans.
E regulièirament, i aviá pas cap de curat. Alara, èra mon oncle, èra anat a Sent-Martin amont… Mon oncle… Mon arrièire-arrièire-grand-oncle, per çò que… O sai pas cossí te dire… Èra anat a Sant-Martin per invitar d’amics o de parents qu’aviá a Sant-Martin per la fèsta, coma se fasiá autres còps dins las fèstas votivas dels patelins. Anèt amont e i aviá de tipes de Sant-Martin, n’i aviá surtot de l’equipa qu’apelavan los patriòtas e los autres que èran refractaris…
Alara, un li di(gu)èt :
“Mès a Sant-Vincens podètz pas aver cap de messa per çò que avètz pas cap de curat refractari, ni mai un curat convencionat ambe l’Estat.”
E alara sai pas per qual orgulh aquel brave òme li di(gu)èt :
“Mès, se nos plai, n’aurem una messa amai sans vòstre curat renegat.”
Alara, entendèron aquò e decidi(gu)èron, la velha o l’abans-velha del 22 de janvièr, de survelhar tot lo platèu de Sant-Vincens per veire se quauqu’un veniá dire la messa. Mès lo curat èra déjà montat pro lèu e lo vegèron pas montar. Mès solament, a mièjanuòch, quauqu’un l’anèt avertir coma s’aprestava a dire la messa que i aviá de tipes que s’èran atropelats empr’aquí, pertot, e que caliá que arrestèssa, que fotèssa lo camp.
Alara, quand vegèt aquò, pleguèt tot e se'n anèron. Prenguèron lo camin que avètz vist amont, que ven de Sant-Vincens aquí e ont passa, e quand sosquèron amont ont es la crotz, es aquí que l’interceptèron pardí !
E lo curat lo prenguèron dins un ostal amont, al Mas-Vièlh, a cò de Blanc. Aquí lo fa(gu)èron gardar per de tipes, requisicionèron de tipes per lo gardar e n’i a un que li di(gu)èt :
“Escota, fot lo camp, tant pís se ieu me foton en boeta mès vai-te'n !”
Mès volguèt pas, lo curat volguèt pas. E los autres beu(gu)èron, beu(gu)èron, fa(gu)èron la bomba tota la nuòch, tant que posquèron. Èran sadols coma… Bon.
Dins d’aquí, requisicionèron un chaval a Roset, a cò de Corcolat, s’apelava, çò que ai entendut dire… E per lo prene per anar a Sent-Africa, perque avián drech a una prima de sai pas quant. Alara, en davalent,avenue del Pont que n’i aviá qu’èran venguts los rejónher, decidi(gu)èron au lieu d’anar passar pel Molin-Nòu, dins Sent-Pèires veses, cap al Molin-Nòu, copèron tot drech cap a Montagut, e cap a Sent-Africa.
Perque una equipa de… Aquò se sosquèt lèu rependut quand mème… Perque una equipa de Barre ont èra de d'abans vicari lo paure Puòg aquí, lo curat Puòg, èra partit, a pè, dins d’amont, ambe de barras, de forcas, de … Se seriá mal passat se s’èran trapats, cresi que auriá marcat mal ! Mès solament anèron l’esperar al Molin-Nòu mès que, quand arribèron al Molin-Nòu, espèra que esperaràs, èra nuòch, e los autres èran a Sent-Africa. Et voilà !
Et alors, dins d’aquí, pèi, lo prenguèron a Rodés… Enfin lo jutgèron, lo prenguèron a Rodés e lo 24 de febrièr lo passèron a la guilhotina. E aquí los borrèus li di(gu)èron que…Soi-disant que se volián lavar las mans dins son sang. E lo curat li respondèt :
“Mon sang, l’ai dejà versat, ne veiretz pas una gota !”
Amai, a çò que pareis, ne vegèron pas una gota. »
L’abbé Puech
« Toute la vie, cette croix a été ici. C’était le curé réfractaire qui était vicaire à Murat à l’époque, à Murat et à Barre. Alors, il se camouflait d’une ferme à l’autre, d’un endroit à l’autre : il était venu se retirer à Prohencoux et à Desteil, là-bas. Alors, il venait dire la messe dans une maison, ici, à Saint-Vincent, de temps en temps, quand il pouvait, parce qu’il ne venait pas tout le temps.
En 1794, au début de l’année, il y avait la fête de Saint-Vincent qui, en général, tombe le 22. Alors, cela dépend, parfois on la reporte au dimanche d’après ou au dimanche d’avant.
Et régulièrement, il n’y avait pas de curé. Alors, mon oncle était allé à Saint-Martin là-haut. Mon oncle… Mon arrière-arrière-grand-oncle, parce que... Je ne sais pas comment te dire… Il était allé à Saint-Martin pour inviter des amis et des parents de Saint-Martin pour la fête, comme cela se faisait autrefois pour les fêtes votives des patelins. Il alla là-haut et il y avait des types de Saint-Martin, il y en avait surtout du camp qu’on appelait les patriotes, les autres, c’étaient les réfractaires.
Alors, l’un lui dit :
“Mais à Saint-Vincent, vous ne pouvez avoir aucune messe parce que vous n’avez pas de curé réfractaire, ni non plus un curé conventionné avec l’État”.
Et alors, je ne sais pas par quel orgueil ce brave homme lui dit :
“Mais, si cela nous plaît, nous aurons une messe et même sans votre curé réfractaire”.
Alors, ils entendirent ça et ils décidèrent, la veille ou l’avant-veille du 22 janvier, de surveiller tout le plateau de Saint-Vincent pour voir si quelqu’un venait dire la messe. Mais le curé était déjà monté assez tôt et ils ne le virent pas monter. Mais, seulement, à minuit, quelqu’un alla l’avertir alors qu’il s’apprêtait à dire la messe qu’il y avait des types qui s’étaient attroupés dans les environs, partout, et qu’il fallait qu’il arrête, qu’il foute le camp.
Alors, quand il vit ça, il plia tout et ils s’en allèrent. Ils prirent le chemin que vous avez vu, là-haut, qui vient de Saint-Vincent là, et quand ils furent là-haut, là où est la croix, c’est là qu’ils l’interceptèrent, bien sûr !
Ils prirent le curé dans une maison là-haut, au Mas-Viel, chez Blanc. Là, ils le firent garder par des types, ils réquisitionnèrent des types pour le garder et l’un d’eux dit :
“Écoute, fous le camp, tant pis s’ils m'enferment, moi, mais va-t’en !”
Mais il ne voulut pas, le curé ne voulut pas. Et les autres burent, burent, ils firent la fête toute la nuit, tant qu’ils purent. Ils étaient saouls comme... Bon.
De là, ils réquisitionnèrent un cheval à Rouset, chez Coucoulat, c’est ce que j’ai entendu dire, pour aller à Saint-Affrique, parce qu’ils avaient droit à une prime de je ne sais combien. Alors, en descendant, avenue du Pont, alors que certains étaient venus les rejoindre, ils décidèrent au lieu d’aller passer par le Moulin-Neuf, dans Saint-Pierre, tu vois, vers le Moulin-Neuf, ils coupèrent tout droit vers Montaigut et vers Saint-Affrique.
Parce qu’un groupe de... Cela se fut vite répandu quand même… Parce qu’un groupe de Barre, où était avant vicaire le pauvre Puech, le curé Puech, était parti, à pied, de là-haut, avec des barres, des fourches, des... Ça se serait mal passé s’ils s’étaient rencontrés, je crois que ça aurait bardé ! Mais ils allèrent l’attendre au Moulin-Neuf et, quand ils y arrivèrent, ils attendirent, attendirent, c’était la nuit, et les autres étaient à Saint-Affrique. Et voilà !
Et alors, de là, ensuite, ils le prirent à Rodez... Enfin, ils le jugèrent, ils le prirent à Rodez et le 24 février, ils le guillotinèrent. Et là, les bourreaux lui dirent que... Soi-disant, qu’ils voulaient se laver les mains dans son sang. Et le curé lui répondit :
“Mon sang, je l’ai déjà versé, vous n’en verrez pas une goutte !”
Et, à ce qu’il paraît, ils n’en virent pas une goutte. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...