Los pastrons

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Galgan, Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il existait des foires à la loue (lògas) mais les jeunes pastres et les serventas étaient recrutés directement dans les familles.

Les enfants étaient parfois loués juste pour la nourriture, de Pâques à Toussaint.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAOUL ROUMIGUIÈRE

né en 1905 au Barri Haut de Viviez.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp, li aviá un òme…
Parce que ieu aviái un fraire qu'aviá sièis ans de mai que ieu. Aquò èra lo sol fraire qu'aviái. Fa que lo fraire aviá dins los quinze ans e ieu n'aviái nòu apr'aquí. Aquò èra abans la guèrra de 14.
Aquel òme èra al Grés amont dins la comuna de Galganh e di(gu)èt a la maire :
“Sabe qu'avètz un june òme aquí que, se voliatz, l'auriái pres, pas coma vailet perque es enquèra un bocin jove mès enfin lo vos pagariái plan parce que avèm de trabalh e…”
Alèra pardí la maire li di(gu)èt :
“A… mon paure, aquel enfant va dintrar a l'usina e aime mai que dintre a l'usina que non pas que parte a la campanha parce que aprèssa…”
Alèra pardí ieu ère per l'ostal aquí, aviái pas dètz ans.
Li dise a-n-aquel òme, li dise :
“Mès ieu vendrai ! Ieu vendrai !”
Aquel òme li di(gu)èt :
“Mès se vòl, di(gu)èt a la maire, se vòl venir, lo prendrem que li farem pas gardar lo bestial gròs mès gardarà los pòrcs.”
Parce qu'aicí totes los enfants, pendent las vacanças, partián a la campanha.
Alèra pardí me di(gu)èt :
“E ben avètz pas qu'a lo menar.”
Fa(gu)èron pas de prètz perque aquò èra pas sensat una lòga que fasián…
“Demorarà pendent las vacanças, li donarem quicòm et voilà.”
E pardí, ieu, arribent amont a-n-aquel… Al Grés. I ère pas jamai estat. Caliá montar, caliá passar La Bastidiá, sègre lo camin e pièissa montar sus la montanha. Aquel vilatge s'enveja que… Es tot a fèt aicí devàs Vivièrs, aquel vilatge, es luènh de Galganh.
Alèra ieu pardí, demòre aquí, la maire se'n va e me pensave :
“Quand mème, qual sap cossí aquò se va passar ?”
Te dintre dins aquel ostal, naturelament li aviá pas de lum ni mai res, aquò èra un bocin negre. Aquel monde arribèron. Aviá dos enfants e el portavan una lampa tempèsta, una lampa qu'avián a la granja, la penjan aquí a la travada, nos vesiam mème presque pas… E tot d'un còp, allez, la taula èra metuda, e la sopa. Me foton una culhièirada de sopa aquí. Non pas qu'a l'ostal aquò èra pareil, manjàvem la sopa tot lo temps. Alèra pardí tot aquò se metèt a manjar e ieu tanben mès aquò davalava pas bien viste… Alèra pardí me fotère a plorar coma un dròlle que ère, naturelament…
Lo Baptista di(gu)èt :
“Escota…”
Di(gu)èt a l'enfant :
“Escota, demans, demòra a Vivièrs aval, al ras del molin, lo tornaràs menar a Vivièrs parce que s'acostumariá pas…”
Lo lendeman matin, quand agèrem desjunat, lo Baptista di(gu)èt… S'apelava Urbain, aquel enfant.
Di(gu)èt a l'Urbain :
“As pas qu'a, d'un saut, tornar davalar aval e pièi, quand serà aval, te dirà ont demòra.”
L'Urbain sabiá pas, pardí.
E pardí…
Mès que ieu li di(gu)ère :
“Mès ieu soi vengut per gardar !”
Di(gu)èron :
“Se vòl demorar, qual sap ?”
Enfin bòn, di(gu)èron :
“Escota, pren los pòrcs, di(gu)èron, e vai los menar alai a Polièrs.”
Aquò s'apelava Polièrs aquel… Mès que aquò èra luènh aicí. Òm arribava que… D'aquel camp òm vesiá lo cloquièr de Vivièrs aquí e Los Portons qu'apèlan aquí.
E pardí, me di(gu)èron :
“Veses aquí…”
Me fa(gu)èt veire. Li aviá de vesins qu'avián de milh o de trufas.
Di(gu)èt :
“Fai atencion que los pòrcs i anen pas parce que, quand son agossits, apièissa ne siás pas mèstre.”
Alèra pardí me di(gu)èron :
“Escota, quand lo solelh serà un bocin naut aquí, auràs pas qu'a tornar ambe los pòrcs. D'alhurs, me di(gu)èt, vòlon pas demorar, lo bestial, quand la calor arriba.”
E pardí aquò se passèt aitale.
Arribava sovent que, quand avián molzut e que lo pan èra tendre, manjavan del lach, lo ser. Lo tipe arribava ambe lo molzedor e un colador qu'apelavan e passava, fasiá lo torn de la taula ambe lo molzedor e romplissiá l'assieta. La Justina aviá metut de pan dedins.
Fa que li demorère tot lo temps de las vacanças.
Lo patron me di(gu)èt :
“E ben as plan gardat lo bestial.”
Me donèt trenta-cinc francs. Un escut d'argent, aquò èra pas de la bricòla de duèi.
Alèra pardí me di(gu)èt :
“Siás content ?”
La patrona me di(gu)èt :
“Te donarai un parelh de poletas, quand tornarai a Vivièrs las te menarai.”
De poletas de l'annada. La maire li teniá perque aviam quauqua volalha per ajure dels uòus. Fasiam venir çò que podiam alèra aquò èra pas pareil coma duèi.
Li anère quatre ans aitale. »
Les petits bergers
« Une fois, il y avait un homme...
Parce que j’avais un frère qui avait six ans de plus que moi. C’était le seul frère que j’avais. Mon frère avait dans les quinze ans et moi j’en avais neuf par là. C’était avant la guerre de 14.
Cet homme était au Grès là-haut sur la commune de Galgan et il dit à ma mère :
“Je sais que vous avez un jeune homme là, si vous vouliez, je l’aurais pris, pas comme domestique parce qu’il est encore un peu jeune mais enfin je le paierais bien parce que nous avons du travail et...”
Alors bien sûr ma mère lui dit :
“Ah... mon pauvre, cet enfant va entrer à l’usine et je préfère qu’il entre à l’usine plutôt qu’il parte à la campagne parce qu’ensuite...”
Alors bien sûr moi j’étais à la maison là, je n’avais pas dix ans.
Je lui dis à cet homme, je lui dis :
“Mais moi je viendrai ! Moi je viendrai !”
Cet homme lui dit :
“Mais s’il veut, dit-il à ma mère, s’il veut venir, nous le prendrons, nous ne lui ferons pas garder le gros bétail mais il gardera les cochons.”
Parce qu’ici tous les enfants, pendant les vacances, partaient à la campagne.
Alors bien sûr il me dit :
“Eh bien vous n’avez qu’à l’amener.”
Ils ne convinrent pas de prix parce que ce n’était pas un véritable contrat qu’ils faisaient...
“Il restera pendant les vacances, nous lui donnerons quelque chose et voilà.”
Et bien sûr, moi, en arrivant là-haut à ce... Au Grès. Je n’y étais jamais allé. Il fallait monter, il fallait passer La Bastidie, suivre le chemin et puis monter sur la montagne. Ce village, il se trouve que… Il est tout à fait ici vers Viviez, ce village, il est loin de Galgan.
Alors moi bien sûr, je reste là, ma mère s’en va et je pensais :
“Quand même, qui sait comment ça va se passer ?”
J’entre dans cette maison, naturellement il n’y avait pas de lumière ni rien, c’était un peu noir. Ces gens arrivèrent. Il y avait deux garçons et lui il portait une lampe tempête, une lampe qu’ils avaient à la grange, ils la pendent là au plafond, nous ne nous voyions presque pas... Et tout d’un coup, allez, la table était mise, et la soupe. Ils me mettent une louche de soupe là. À la maison c’était pareil, nous mangions la soupe tout le temps. Alors bien sûr ils se mirent tous à manger et moi aussi mais ça ne descendait pas bien vite... Alors bien sûr je me mis à pleurer comme un enfant que j’étais, naturellement...
Baptiste dit :
“Écoute...”
Il dit à son fils :
“Écoute, demain, il habite à Viviez là-bas, à côté du moulin, tu le reconduiras à Viviez parce qu’il ne s’habituerait pas...”
Le lendemain matin, quand nous eûmes déjeuné, Baptiste dit... Il s’appelait Urbain, ce garçon.
Il dit à Urbain :
“Tu n’as qu’à, d’un saut, redescendre là-bas et ensuite, quand il sera là-bas, il te dira où il habite.”
Urbain ne savait pas, bien sûr.
Et bien sûr...
Mais moi je lui dis :
“Mais je suis venu pour garder !”
Ils dirent :
“S’il veut rester, qui sait ?”
Enfin bon, ils dirent :
“Écoute, prends les cochons, dirent-ils, et va les mener là-bas à Pouliès.”
Ça s’appelait Pouliès ce... Mais c’était loin ici. On arrivait... De ce champ on voyait le clocher de Viviez là et Les Pourtous qu’ils appellent là.
Et bien sûr, ils me dirent :
“Tu vois, là...”
Il me fit voir. Il y avait des voisins qui avaient du maïs ou des pommes de terre.
Il dit :
“Fais attention que les cochons n’y aillent pas parce que, quand ils y ont pris goût, ensuite tu n’en es pas maître.”
Alors bien sûr ils me dirent :
“Écoute, quand le soleil sera un peu haut là, tu n’auras qu’à revenir avec les cochons. D’ailleurs, me dit-il, il ne veut pas rester, le bétail, quand la chaleur arrive.”
Et bien sûr, ça se passa comme ça.
Il arrivait souvent que, quand ils avaient trait et que le pain était tendre, ils mangeaient du lait, le soir. Le type arrivait avec le seau à traire et un filtre et il passait, il faisait le tour de la table avec le seau et il remplissait l’assiette. Justine avait mis du pain dedans.
Ça fait que j’y restai tout le temps des vacances.
Le patron me dit :
“Eh bien tu as bien gardé le bétail.”
Il me donna trente-cinq francs. Un écu d’argent, ce n’était pas de la bricole d’aujourd’hui.
Alors bien sûr il me dit :
“Tu es content ?”
La patronne me dit :
“Je te donnerai deux poulettes, quand je reviendrai à Viviez je te les amènerai.”
Des poulettes de l’année. Ma mère y tenait parce que nous avions quelque volaille pour avoir des œufs. Nous faisions venir ce que nous pouvions alors ce n’était pas comme aujourd’hui.
J’y allai quatre ans ainsi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...