Los mascats de Ganhac

Collecté en 2000 Sur la Commune de Gaillac-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Fête universelle de l’inversion des rôles, le carnaval ou caramentrant s’est toujours pratiqué en Rouergue. Les jeunes gens se masquaient et passaient dans les maisons du voisinage.

Pour se masquer on utilisait du charbon de bois, du miel (mèl) et des plumes (plomas), de vieux chiffons avec des orifices pour les yeux, le nez, la bouche…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEANINE BESSODES

née en 1936 à Gagnac de Gaillac d'Aveyron.

Transcription

Occitan
Français
« Nos mascàvem, lo ser, e pièi fasiam lo torn e, bien entendu, aquò èra las raujòlas, coma ditz la cançon, aquò èra las raujòlas, la salsissa e los uòus. Alara fasiam un pauc lo torn pertot. Lo monde nos donavan a biure per que posquèssem enlevar los masques mès aviam la precausion de prene de palhas, per biure, o de macarònis. E buviam aquò que nos donavan. Mès, bien sûr, quand aquò èra d'ai(g)ardent… Naltras, las filhas, cossí volètz que buviam l'ai(g)ardent ? Alara vojàvem nòstre veire dins un altre veire per far veire que, quand mèmes, voliam participar.
Mès anàvem luènh, anàvem juscas a Lu(g)ans, a pè, e i aviá de nèu e de verglàs. Mès nos regalàvem parce que… Pièi, a la fin, quand èrem dins los darnièrs ostals, que vesián que aviam finida nòstra tornada, caliá quitar los masques e aquí manjàvem de salsissa e nos fasián una aumeleta e de raujòlas. Aquò èra la fèsta !
Me sovene que m'ère mascada e mon paire èra anat per adujar a montar un lièch e pardí… M'ère mascada ambe la vesina. Arribèrem dins aquel ostal e mon paire que me disiá :
“Vèni aicí, tus !”
Ère desguisada en femna.
“Vèni aicí, tus, femneta que m'agrada ! Vèni aicí al pè de ieu !”
E me disiái dejós mon masque :
“Se sabiás qual es aquí dejós…”
Mès que, lo quitère pas. E pièi fasquèrem un pichon torn. Quand tornère arribar a l'ostal, èra pas encara dintrat. E pièi, quand dintrèt, nos di(gu)èt :
“E ben avètz pas vist los mascats ? N'i a dos que son passats mès avèm pas poscut conéisser qual èra aquò.”
E ieu espofidère, pardí, me vendère. E comprenguèt tot de suita !
Montàvem al granièr e trobàvem de capèls, de vièlhs capèls, de sacs a man, de vèstas, de raubas lòngas… Nos desguisàvem atal. E los gants, bien entendu, nos caliá de gants atanben parce que caliá acaptar las mans. Los òmes, los garnissiam, lor metiam de coissins un pauc pertot per agachar que fasquèsson una femna, quand se desguisavan en femna.
Aquò èra la nuèch qu'aquò se passava, jamai lo jorn, la nuèch. Vas las uèch e mièja, nòu oras, aquò èra lo moment que los mascats sortissián. E sovent se mascavan a l'aubèrja. Aquò's aquò que ieu ai participat a tot aquò parce que, totjorn parelh, anàvem ches la grand-maire e aquò's aquí qu'aquò se preparava. »
Les carnavaleux de Gagnac
« Nous nous déguisions, le soir, et puis nous faisions le tour et, bien entendu, c'était les rissoles, comme dit la chanson, c'était les rissoles, la saucisse et les œufs. Alors nous faisions un peu le tour partout. Les gens nous donnaient à boire pour que nous puissions enlever les masques mais nous avions pris la précaution de prendre des pailles, pour boire, ou des macaronis. Et nous buvions ce qu'ils nous donnaient. Mais, bien sûr, quand c'était de l'eau de vie. Nous, les filles, comment voulez-vous que nous buvions de l'eau de vie ? Alors nous vidions notre verre dans un autre verre pour montrer que, quand même, nous voulions participer.
Mais nous allions loin, nous allions jusqu'à Lugans, à pied, et il y avait de la neige et du verglas. Mais nous nous régalions parce que… Puis, à la fin, quand nous étions dans les dernières maisons, qu'ils voyaient que nous avions fini notre tournée, il fallait quitter les masques et là nous mangions de la saucisse et ils nous faisaient une omelette et des rissoles. C'était la fête !
Je me souviens que je m'étais déguisée et mon père était allé aider pour monter un lit et, évidemment… Je m'étais déguisée avec ma voisine. Nous arrivâmes dans cette maison et mon père me disait :
“Viens ici, toi !”
J'étais déguisée en femme.
“Viens ici, toi, petite femme qui me plait ! Viens ici près de moi !”
Et je me disais sous mon masque :
“Si tu savais qui est là dessous…”
Mais, je ne le quittai pas. Et puis nous fîmes un petit tour. Quand je revins à la maison, il n'était pas encore rentré. Et puis, quand il rentra, il nous dit :
“Eh bien vous n'avez pas vu les carnavaleux ? Il y en a deux qui sont passés mais nous n'avons pas pu savoir qui c'était.”
Et moi j'éclatai de rire, évidemment, je me vendis. Et il comprit tout de suite !
Nous montions au grenier et nous trouvions des chapeaux, de vieux chapeaux, des sacs à main, des vestes, des robes longues… Nous nous déguisions ainsi. Et les gants, bien entendu, il nous fallait des gants aussi parce qu'il fallait cacher nos mains. Les hommes, nous les garnissions, nous leur mettions des coussins un peu partout afin qu'ils paraissent être une femme, quand ils se déguisaient en femme.
C'était la nuit que ça se passait, jamais le jour, la nuit. Vers les huit heures et demi, neuf heures, c'était le moment où les carnavaleux sortaient. Et souvent ils se déguisaient à l'auberge. C'est pour cela que moi j'ai participé à tout ça parce que, toujours pareil, nous allions chez la grand-mère et c'est là que ça se préparait. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...