Ave maris stella…

Collecté en 2000 Sur la Commune de Gaillac-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les parodies du sacré sont calquées sur des matrices issues de la liturgie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEANINE BESSODES

née en 1936 à Gagnac de Gaillac d'Aveyron.

Transcription

Occitan
Français
« Ma grand-maire teniá un debit de boissons, èra bolangièira, e pardí naltres los enfants anàvem totjorn rotlar un pauc dins lo bistrò e ausissiam de cançons e pièi o tornàvem cantar. Mès caliá pas que los parents m'ausi(gu)èsson parce que nos fasiam cridar.

Alara cantave :
“Ave maris stella,
Me vòle maridar.

Atque semper virgo,
Qual sap qual me prendrà ?

Atque semper virgo,
Qual sap qual me voldrà ?” »
Ave maris stella…
« Ma grand-mère tenait un débit de boissons, elle était boulangère, et évidemment nous les enfants nous allions traîner dans le bistrot et nous entendions des chansons et puis nous les rechantions. Mais il ne fallait pas que nos parents m'entendent parce que nous nous faisions gronder.

Alors je chantais :
“Ave maris stella,
Je veux me marier.

Atque semper virgo,
Qui sait qui me prendra ?


Atque semper virgo,
Qui sait qui me voudra ?”
»

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...