Los lops e la blosa

Collecté en 2000 Sur les Communes de Gabriac, Les Albres Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens racontaient le temps où les loups rôdaient en Rouergue.

L’histoire de l'homme perché sur un arbre qui offre sa blouse (blòda, biauda) remplie de branches et de feuilles aux loups est très courante en Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

BERTHE HUGONENQ

née Combres en 1919 à Gabriac.

Transcription

Occitan
Français
« Me rapèli que monses grands-parents… Enquèra li aviá de lops a-n-aquel moment. Li aviá pas tantes de fusilhs coma duèi e li aviá de lops.
E las fièiras, èra pas coma duèi, aquò èra pas lo matins, aquò èra l'après-dinnar. Los òmes i anavan e buvián de còp un bocin, quauques veires de tròp. E tornavan qu'aquò èra nuèch, de còps.
N'i aviá un que tornava arribar, pas luènh de l'ostal, èra un parelh de cent mèstres abans d'arribar chas el. Entendèt un lop que fasiá :
“Ooooo ! Ooooo !”
E li te respondèt, el. Tornèt se metre a far :
“Ooooo ! Ooooo !”
E alèra totes… Aquò èra un bocin montanhut e, de sus un tèrme sus l'autre, li aviá tres o quatre lops que se respondián. E l'autre contunhava totjorn de far :
“Ooooo ! Ooooo !”
Mas que s'entrachèt, tot d'un còp, que aviá cinc o sièis lops que l'entoravan.
Èra dins un bòsc, èra lèste, èra jove, te mònta sus un castanhièr. Mas que aquelses lops… Aviá dos lops que l'esperavan al fons, aval. Alèra, quita la blosa, la te romplís de broquetas e te lança aquò tan luènh que po(gu)èt, aval. Los lops crese(gu)èron qu'aquò èra el que tombava e li te sautèron dessús. Del temps que s'amusavan a espatlalhar tot aquò, a tirar un d'un band, l'autre de l'autre, sus aquela blosa, el davalèt e… cap a fuja ! Sia(gu)èt lèu a l'ostal, pareis !
E di(gu)èt que quand tornava dintrar que èra nuèch e qu'entendiá un lop e ben se calava, lor respondiá pas ! Aquò li fa(gu)èt una bona escòla. »
Les loups et la blouse
« Je me rappelle que mes grands-parents… Il y avait encore des loups à ce moment-là. Il n'y avait pas autant de fusils qu'aujourd'hui et il y avait des loups.
Et les foires, ce n’était pas comme aujourd'hui, ce n'était pas le matin, c'était l'après-midi. Les hommes y allaient et buvaient parfois un peu, quelques verres de trop. Et ils rentraient quand il faisait nuit, parfois.
Il y en avait un qui revenait, pas loin de sa maison, il était à une paire de cent mètres avant d'arriver chez lui. Il entendit un loup qui faisait :
“Hou ! Hou !”
Et il lui répondit, lui. Il se remit à faire :
“Hou ! Hou !”
Et alors tous… C'était un peu montagneux et, d'un coteau à l'autre, il y avait trois ou quatre loups qui se répondaient. Et l'autre continuait toujours à faire :
“Hou ! Hou !”
Mais il s'aperçut, tout à coup, qu'il avait cinq ou six loups qui l'entouraient.
Il était dans un bois, il était agile, il était jeune, il monte sur un châtaignier. Mais ces loups… Il avait deux loups qui l'attendaient au fond, en bas. Alors, il quitte la blouse, la remplit de branchettes et il lance cela aussi loin qu'il put, là-bas. Les loups crurent que c'était lui qui tombait et ils lui sautèrent dessus. Pendant qu'ils s'amusaient à déchiqueter tout ça, à tirer l'un d'un côté, l'autre de l'autre, sur cette blouse, lui il descendit et… adieu Berthe ! Il fut vite à la maison, paraît-il !
Et il dit que quand il rentrait alors qu'il faisait nuit et qu'il entendait un loup eh bien il se taisait, il ne leur répondait pas ! Cela lui servit de leçon. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...